Régionales : Gérard Onesta présente « ses équipes »

Analyse Gérard Onesta

Vendredi dernier, Gérard Onesta, tête de liste du rassemblement écologiste, communiste, Parti de gauche, Parti occitan, Nouvelle gauche socialiste, Ensemble, issu de la démarche citoyenne ‘‘Le Projet en commun’’, a présenté son équipe en Haute-Garonne.

 

Depuis le début de la campagne, « Le Projet en commun » a voulu instaurer une autre logique dans leur méthodologie. Pas question donc de parler de « têtes de liste départementales » ou d’évoquer l’ordre des noms sur les listes. Gérard Onesta, qui enchaine les conférences de presse dans tous les départements de la future Région, présente « treize équipes têtes de liste, qui sont plurielles, à l’image de notre rassemblement ».  En Haute-Garonne, on retrouve des visages connus, comme Jean-Christophe Sellin (ancien secrétaire départemental du PG 31, ancien adjoint de Pierre Cohen à Toulouse), Myriam Martin, (ancienne porte-parole du NPA, aujourd’hui représentante du mouvement Ensemble), Christian Piquet (conseiller régional sortant communiste), les écologistes Véronique Vinet, Patrick Jimena, et Françoise Dedieu-Castie, mais aussi Guilhèm Latrubesse (secrétaire fédéral du Parti occitan), et Julien Jusforgues (ancien collaborateur de Pierre Izard au Conseil général, aujourd’hui membre de Nouvelle gauche socialiste).

«Un grand renouvellement, de l’ordre de 80 à 85 % de la liste»

Parmi les personnalités ‘‘citoyennes’’ non encartées, la présence de Marie-France Barthet, présidente de l’Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées a été particulièrement remarquée. « Quand ce genre de personne dit ‘‘c’est là que les choses se passent’’, cela nous confère une grande crédibilité, d’autant que l’enseignement supérieur et la recherche sont des compétences importantes de la Région », estime Gérard Onesta. Il se félicite également de compter dans son équipe Judith Carmona, secrétaire nationale de la confédération paysanne et de Serge Regourd, professeur de droit à l’Université Toulouse 1 Capitole.

La tête de liste écologiste insiste sur les trois impératifs qui ont guidé la composition de cette liste : « Le respect de la parité même pour les têtes de liste ; un grand renouvellement, de l’ordre de 80 à 85 % de la liste ; et quel que soit le nombre d’élus, la moitié d’entre eux rempliront leur premier mandat électif.» Lors du dépôt des listes (date limite le 9 novembre), Gérard Onesta sera obligé de présenter ses candidats dans l’ordre, « mais cela sera fait au dernier moment », assure-t-il. Le premier meeting de cette liste de rassemblement aura lieu demain soir au Bikini, à Ramonville : « Nous y révélerons notamment le nom de notre liste », annonce le candidat.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.