[Régionales] Après le drame, la campagne reprend doucement

a la loupe

Interruption. Au lendemain des attentats de Paris, quasiment tous les candidats aux régionales ont suspendu leur campagne. Depuis la fin du deuil national, le redémarrage se fait en plusieurs vitesses…

 

Les attentats du 13 novembre dernier ont marqué un coup d’arrêt dans la campagne des régionales. Depuis la fin du deuil national, mardi dernier, elle reprend peu à peu. Carole Delga (PS) a convoqué mercredi la presse pour annoncer que sa campagne reprendrait lundi 23 novembre prochain, lors d’un « rassemblement républicain » à Carcassonne en présence d’une centaine d’élus régionaux. La candidate reprend sa casquette de députée pour « pouvoir agir au niveau national, je voterai à l’Assemblée nationale la prorogation de l’état d’urgence qui est nécessaire dans ce combat contre les terroristes », a-t-elle déclaré, hier. En outre, la tête de liste PS a prévu l’envoi d’une lettre aux habitants de la Région (distribuée à 1 million d’exemplaires), au sujet des attentats. De son côté, Dominique Reynié (LR) a décidé de suspendre sa campagne pendant encore quelques jours. Il a annulé une réunion publique qui devait se tenir à Tarbes, ce jeudi soir. À la place, il participera à un rassemblement citoyen dans cette même ville.

« Il y a un avant et un après 13 novembre »

En revanche, Philippe Saurel (DVG) et Gérard Onesta (EELV) ont repris dès mercredi. Le maire de Montpellier estime qu’il y’ a dans cette campagne, « un avant et un après 13 novembre ». Désormais, il va devoir davantage « déléguer à mes têtes de liste départementales, car j’ai des obligations à remplir en tant que maire, cela va m’handicaper en termes de présence sur le terrain, mais je répondrai aux invitations de débat », précise-t-il. En conférence de presse mercredi, il a présenté les chiffres d’un sondage qu’il a commandé à un institut privé toulousain (Élysées consulting), qui le place à 9% (alors qu’il était descendu à 6 % dans les précédents sondages). Pas de doute que la campagne a repris ! Gérard Onesta, lui, considère que « si la démocratie s’arrête, alors ils ont gagné. » Il reprend sa campagne en annulant néanmoins les grandes réunions publiques. Pour lui, cette campagne est « terriblement amoindrie avec l’annulation de nombreux débats et évènements, les résultats seront donc faussés », avance-t-il. Quant au FN, Louis Aliot reprend officiellement sa campagne vendredi lors d’une visite à Toulouse.

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.