Région/ Thouroude répond à Suaud

La semaine dernière, Thierry Suaud président du groupe « Socialiste et Républicain » à la région a attaqué Jacques Thouroude, leader de l’opposition « Osons Midi-Pyrénées », sur notre site internet : « Notre majorité est un peu prise en otage de cette quête de leadership de Jacques Thouroude. » L’élu tarnais a souhaité répondre : « Vendredi matin, en feuilletant la presse, je me suis demandé si Martin Malvy était encore écouté par les siens ! Lui qui, la veille, en ouverture de l’Assemblée plénière du Conseil régional, appelait solennellement les élus à la modération et à la responsabilité dans le débat public. Lui qui s’était même interrogé à voix haute : « Si les élus ne se respectent pas eux-mêmes, comment les citoyens peuvent-ils les respecter ? »  Respect, vous avez dit respect ? Sitôt la séance levée, Thierry Suaud, fidèle lieutenant du Président socialiste de la Région, a versé sans retenue dans l’anathème, qualifiant l’Opposition régionale de « ridicule », d’ « imposture », de « naufrageurs ». Au passage, je note chez Monsieur Suaud une vision toute personnelle et partisane de la réalité vécue par nos concitoyens. Je me permettrai de lui rappeler, pour corriger sa métaphore marine, que s’il y a un bien un capitaine (de pédalo, selon les mots d’un des leaders de la gauche) en France, il est socialiste, s’appelle François Hollande, coule aujourd’hui à pic dans les sondages et conduit le pays au naufrage épaulé par un gouvernement qui n’a jamais autant ressemblé au radeau de la Méduse. Quant à la majorité régionale dont il se fait le porte-parole (porte-flingue serait plus juste), elle a encore démontré, lors de la dernière Assemblée plénière, toute l’ampleur de ses divergences :

-les écologistes et le front de gauche critiquant sans réserve le « plan robotique et drones » soutenu par les socialistes et les radicaux ;

-les radicaux de gauche s’insurgeant vertement du mépris affiché à leur égard par Europe-Ecologie lors du débat sur la liaison Toulouse-Castres ;

- Etc.

Sur le fond, le caricatural Thierry Suaud déplore l’absence de contre-proposition de l’Opposition. Apparemment, il prête autant l’oreille à nos propos qu’à ceux de Martin Malvy… Puisque depuis trois ans et demi, l’Opposition régionale épluche chaque dossier présenté par l’exécutif et ne manque pas une occasion de développer sa vision de la politique régionale. Un exemple parmi tant d’autres : lors de la Commission permanente de ce jour, Thierry Deville s’est interrogé sur la réelle nécessité d’engager 230 000€ pour financer une étude sur l’opportunité de créer (ou pas) une monnaie locale baptisée « Mypis » par son « père », le Conseiller régional socialiste Gérard Poujade. 230 000€, à plus forte raison en ces temps de crise où les deniers publics sont comptés, voilà une dépense pour le moins exorbitante que la Région aurait pu s’épargner. »



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.