PRG 31 : Après le désordre, l’unité et l’action

L’assemblée générale du PRG 31 s’est tenue le 19 octobre dernier. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la préparation de cette élection des instances départementales du parti n’a pas été un «long fleuve tranquille». L’adjointe toulousaine de Pierre Cohen, Cécile Ramos, s’était chargée de l’animation en déclarant dans un premier temps son envie du poste de secrétaire général (tenu par l’élu columérin Pierre-Nicolas Bapt) puis de celui de 1ère vice-présidente. Devant le refus du président désormais réélu, le conseiller régional Christophe Delahaye, la tension était montée d’un cran fin septembre au congrès national du PRG où le bruit d’une candidature de l’élue toulousaine à la présidence avait fait son chemin.

Un duel Delahaye-Ramos s’annonçait alors. Pourtant le jour même du scrutin, Cécile Ramos a annoncé son retrait au profit du 1er adjoint de Muret : «Il a été le président de la division en 2009, il est celui du rassemblement en 2012» aurait-elle déclaré. Elle est désormais vice-présidente déléguée à Toulouse au sein d’un bureau exécutif qui comprend dix-sept personnes. Christophe Delahaye est donc dorénavant tourné vers l’action : «On a du boulot. Notre objectif est de travailler notamment sur les municipales et sur les échéances à venir. Que ce soit à la région ou au département, des pages vont bientôt se tourner.» Les européennes ne sont pas non plus oubliées et le président national Jean-Michel Baylet a demandé l’organisation de débats sur le sujet. Le maire de Cugnaux Philippe Guérin est chargé de leur organisation.

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.