[Portrait] Pauline Elie Martin donne de la voix

SONY DSC

Chanteuse. Voici un nouveau visage issu de la galaxie centriste. Cette quadra énergique veut désormais s’imposer en se définissant comme « le relais de la base. » Tout un programme. Le sien.

Elle entre tout sourire au sein de notre rédaction. Pauline est ainsi … Heureuse d’être là, mais en colère à son encontre. Elle déteste être en retard et tempête. Le temps de s’installer dans notre salle de réunion, l’entretien démarre. Née dans la région parisienne (Villeneuve St Georges) « il y a fort longtemps, au siècle dernier » (rires), elle a grandi dans le Poitou « que j’ai visité de fond en comble. » L’enfance est heureuse auprès d’un père ingénieur et d’une mère professeur de dessin : « Je n’ai franchement pas de mauvais souvenirs en tête. Pas de grosses cicatrices de vie, mais c’est peut-être dommage car il paraît que c’est dans l’adversité qu’on se construit. » À la maison on parlait déjà beaucoup de politique : « Mon père était de droite, ma mère de gauche. C’était plutôt drôle, ils campaient sur leurs positions. Tout le monde parlait fort, mais l’échange était avant tout sur le fond et les idées. » Les études se font à Poitiers où Pauline a inauguré (« J’ai essuyé les plâtres ») une section « Images et Communication » au Futuroscope, avant de passer également un BTS Pub et une licence d’Histoire de l’Art. Un cursus bien fourni pour une tête bien pleine : « Les études m’ont poursuivie», nous confie-t-elle. En 2000, Pauline débarque à Toulouse en famille, avec son époux et son fils : « Nous voulions changer de cadre de vie. » Elle travaille depuis à la Sécurité sociale, et la politique va croiser sa route. Par un heureux hasard, elle rencontre il y a quelques années, Jean-Pierre Albouy, président départemental du Nouveau centre : « J’ai pris conscience que le centre me correspondait. Il s’agit de prendre les bonnes idées d’où qu’elles viennent, sans dogmatisme. Il ne s’agit pas pour autant de faire du consensus mou, mais de toujours prendre de la hauteur, de la réflexion.

« J’ai envie de m’investir »

Le centre, c’est ne pas avoir d’idées préconçues. » Depuis trois ans, Pauline est donc trésorière de la fédération départementale du Nouveau Centre, et a déjà participé à plusieurs campagnes : « Sur le terrain je constate que les gens sont déçus. Il y a vraiment deux mondes : celui des discours à la télé, et celui des marchés. C’est pour cette raison que j’ai envie de m’investir, pour faire le lien entre les hautes sphères et la base. » C’est sans doute suite à ce constat que cette militante centriste a décidé de franchir une nouvelle étape. Elle a déposé sa candidature à la candidature pour figurer sur la future liste UMP-UDI des élections régionales de décembre prochain : « Je n’aime franchement pas l’aspect compétitif de la vie politique, et je suis allergique aux batailles d’egos.  Je suis dans cette démarche avant tout pour les idées, et pour travailler sur des dossiers. J’ai des choses à dire et à faire ! » Sa famille soutient d’ailleurs pleinement l’acte de candidature et l’engagement : « Ma mère était très surprise au début, mais maintenant elle pense que je suis faite pour ça. Comme si c’était l’aboutissement d’un truc … Quant à mon mari, ça le fait plutôt rigoler.» Pauline profite d’ailleurs de ce passage très politique pour donner son point de vue sur la situation de l’UDI en Haute-Garonne, en proie à d’éternelles querelles internes : « Que d’énergie perdue ! Nous ne nous imposons pas suffisamment dans le paysage car nous passons trop de temps à nous préoccuper de notre nombril … » Ce recul vient sans doute du fait que la politique est loin d’être sa seule passion. La preuve, Pauline donne de la voix dans un groupe de rock : « Nous reprenons The Clash ou Niagara. Je m’éclate. » Le chant, une vraie passion : « J’ai toujours chanté, notamment dans des chorales. » Cela tombe plutôt bien, Pauline, car en politique c’est parfois difficile de faire entendre sa voix. Les vieux routiers n’ont d’ailleurs qu’à bien se tenir car « personne ne me marchera dessus. » C’est dit.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.