[Portrait] Laurence Katzenmayer : “A 12 ans, je savais que je n’étais pas de gauche”

Laurence Katzenmayer

Nouvelle tête de la majorité Moudenc, Laurence Katzenmayer fait partie de ces adjoints issus de la « société civile ». Premier engagement en politique, elle est chargée d’une délégation « concrète » : la petite enfance.

 

De nature discrète, et encore peu médiatisée, Laurence Katzenmayer nous reçoit à son bureau au Capitole avec le sourire, tout en se demandant « Pourquoi moi ? » Elle prend place sur un des fauteuils prévus pour les visiteurs, et non derrière son bureau. Le ton est donné : Laurence Katzenmayer veut être « une élue de proximité », qui rompt le « clivage entre les politiques et la population.» Avec une certaine aisance, elle revient sur son entrée en politique aux côtés de Jean-Luc Moudenc : « Je le connaissais, on se croisait mais nous n’étions pas proches », se souvient-elle. « En 2008, quand nous avons perdu la mairie, j’ai adhéré à son association (Toulouse avenir, ndlr). » Un « nous » révélateur. Pas encartée, la nouvelle élue sait tout de même où elle campe : « Le 10 mai 1981 (élection de François Mitterrand, ndlr), j’avais 12 ans, mais je savais que je n’étais pas de gauche. »

« On a rouvert les portes du Capitole »

Par le biais d’une « connaissance commune », elle rencontre Jean-Luc Moudenc, alors candidat et lui expose ses idées pour améliorer la vie des familles. La politique n’est pas sa vocation première, mais elle trouve le courage de se lancer « car je râlais tout le temps de ce qu’on me proposait.» Infirmière de formation et mère de trois enfants, ce qui intéresse Laurence Katzenmayer c’est « l’humain, aller vers l’Autre, avoir de l’empathie.» Elle intègre rapidement l’équipe de campagne, est présentée à la presse, et va à la rencontre des Toulousains : « Je me souviendrai toujours de la première porte à laquelle j’ai frappé ! », s’exclame-t-elle. Elle garde un très bon souvenir de l’expérience et aujourd’hui encore, elle veille à garder le lien avec les gens. « On a rouvert le Capitole au public, les huissiers doivent laisser monter les personnes, je les reçois, ou je leur réponds au téléphone, et j’essaye de trouver des solutions. » Les gens découvrent un bureau aménagé sobrement. Rien d’ostentatoire ou d’imposant. Une petite table basse, entourée de fauteuils donne un aspect décontracté au lieu. Un seul tableau égaye l’endroit : une toile réalisée par les enfants d’une classe maternelle. « Je ne veux pas recevoir les gens dans un environnement trop formel », explique l’élue.

Fière de son « éducation Sud-Ouest »

En 1990, elle arrive à Toulouse pour ses études, et découvre avec certaine admiration la personnalité du maire de l’époque, Dominique Baudis. « J’habitais rue Lafayette et je le croisais souvent dans les jardins, il était en phase avec les Toulousains. » Originaire des Hautes-Pyrénées, elle raconte avoir reçu « une éducation Sud-Ouest. » Elle se souvient des matchs de rugby regardés en famille ou de son père parlant patois. « Très fière » de ses origines, cela ne l’a pas empêchée d’avoir des envies d’ailleurs. Après le Bac, elle passe un an aux Etats-Unis, en tant que fille au pair. L’expérience lui apprend une autre vision de l’éducation et du rapport à l’Autre : « Là-bas, ils potentialisent l’inné, mais ne forcent pas l’acquis, ils donnent des clés aux gens et c’est à eux de trouver la porte. » Une philosophie dont elle s’inspire avec ses enfants, « qui doivent développer leur propre identité. Je leur rappelle toujours qu’ils travaillent pour eux, pour leur avenir, et pas pour moi. » Cette philosophie, elle l’applique également dans ses nouvelles fonctions : « J’essaye de trouver des solutions aux gens sans les assister.» Un job dans lequel Laurence Katzenmayer semble s’épanouir, « tous les jours, je suis ravie de venir travailler.» Elle n’en oublie pas pour autant le poids de sesresponsabilités : « Les gens nous confient ce qu’ils ont de plus cher, je n’ai pas droit à l’erreur. »

 

En 3 dates :

1990 : Elle arrive à Toulouse pour suivre ses études d’infirmière

2008 : L’élection de Pierre Cohen à la mairie déclenche sa volonté de s’engager politiquement

2014 : Elle devient adjointe au maire en charge de la famille et de la petite enfance



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.