[Politic portrait] Christine Gennaro-Saint : « Quel que soit le scrutin je veux rester une élue de proximité »

Christine St-Gennaro(02-03-2015)┬®franckalix-3Poigne. Conseillère municipale à L’union, ancienne adjointe au maire entre 2008 et 2014, elle forme aujourd’hui à 47 ans, un duo de choc avec Laurent Lesgourgues pour les élections départementales, sur le canton 23 (Toulouse 9-L’union-Saint-Jean). Rencontre avec une main de fer dans un gant de velours…

Elle marie savamment douceur, rigueur, professionnalisme et contact humain. La poignée de main ferme, le sourire accroché au visage, elle déboule dans la rédaction sûre d’elle et ravie de se prêter au jeu du portrait. La maîtrise du discours politique est là. Et c’est avec brio qu’elle retrace spontanément son parcours de manière claire et synthétique. Droit au but, c’est un peu la méthode Gennaro-Saint, pourtant ce n’est pas en dépit de la qualité du contact. Les relations humaines ça la connaît, le terrain et les rencontres sont même ses leitmotivs et ce qui la fait clairement avancer. Car en pleine campagne pour les départementales, le quotidien de cette Tarnaise d’origine n’est pas de tout repos… « Je suis très suivie par mon mari et mes parents, ce qui permet de garder un rythme familial harmonieux, c’est une chance… » Elle évoque avec confiance ce binôme qu’elle forme avec Laurent Lesgourgues et en lequel elle fonde tous ses espoirs : « nous sommes clairement épuisés mais nous prenons plaisir à aller sur le terrain, notre kérosène est là ».

« La chose publique m’a toujours attirée »

Christine Gennaro-Saint est tombée dans la politique quand elle était petite : « un de mes premiers souvenirs remonte à l’âge de trois ans, mon grand-père socialiste et engagé m’a fait coller mes premières affiches ! » Cette Tarnaise de naissance se dirige tout naturellement vers un cursus politique et intègre sciences-po Toulouse, qu’elle cumule avec un DESS administration et gestion de la communication. À trente ans, elle s’encarte chez Forces démocrates pour rejoindre l’UMP, l’année dernière. Elle se dit femme d’action, battante, positive et dynamique. Des qualités qui la propulsent conseillère municipale depuis 2001 à l’Union. Adjointe au maire entre 2008 et 2014, en charge des affaires scolaires et de la restauration scolaire, elle est en parallèle enseignante vacataire à l’INSA et à l’IUT info-com Paul Sabatier. Pourtant c’est en tant qu’attachée de presse qu’elle a fait ses classes dans une maison d’édition parisienne pour bifurquer lors de son retour à Toulouse dans l’accompagnement des collectivités territoriales vers l’internet. Désormais, elle guide les entreprises de la région Midi-Pyrénées dans leurs projets d’innovation : « Une double compétence public/privé qui me permet de demeurer dans une vision panoramique tant de nos administrations que des composantes vitales de notre économie.» Son implication en politique était une évidence, « tout s’est fait naturellement et aujourd’hui je suis fière de dire que deux de mes trois enfants me suivent dans mes tractations ! ». Jolie trombine et langue bien pendue, Christine Gennaro-Saint sillonne aujourd’hui le canton pour semer à la volée des principes auxquels elle croit : « Le millefeuille territorial doit se remettre en phase avec les préoccupations du terrain »… La campagne court déjà depuis le 5 décembre dernier sur le canton 23 à la rencontre de ses 54 000 habitants. Car si elle connaît l’Union comme sa poche, la ville le lui rend bien, mais : « c’est à Toulouse que j’ai un déficit d’image. » Pas une once d’inquiétude pourtant : « À force d’humilité et de travail acharné, tout est possible ! »

 

 

 

3 dates phares

-2002 : le décès de son grand-père motive son attachement à la vie politique

-1997, 2001 et 2007 : naissances de ses trois enfants

-2008 : nommée adjointe à la mairie de l’Union



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.