Pierre Médevielle, candidat à la présidence de l’UDI 31

Pierre Médevielle

Ambition. La date des élections internes n’est pas encore fixée, mais le premier candidat (et peut-être le seul ?) à la présidence de l’UDI 31 s’est déclaré : le sénateur-maire de Boulogne sur Gesse, Pierre Médevielle.

 

C’est officiel, le sénateur Pierre Médevielle se présente à la présidence de l’UDI 31, avec l’ambition de recréer « une unité au niveau local » et de « redonner de poids à la fédération ». Pour cela, il compte sur son statut de parlementaire qui lui permet « d’avoir de bonnes relations avec les états-majors nationaux et de connaitre tous les leaders des différentes chapelles ». Mais l’enjeu central de la prochaine équipe dirigeante de l’UDI 31 sera de renouer le dialogue avec le Capitole. « Il y a eu des problèmes dans le passé, notamment lors des dernières élections municipales, mais en ce qui me concerne j’ai des relations franches, cordiales et efficaces avec Jean-Luc Moudenc », assure Pierre Médevielle.

« J’ai des relations franches, cordiales et efficaces avec Jean-Luc Moudenc »

Aujourd’hui, le divorce est consommé entre l’actuel président Jean Iglésis et la municipalité toulousaine. Mais le sénateur souhaite tourner la page, convaincu « que nous ne pouvons gagner que dans l’union ». Pour l’heure, il n’a pas de concurrent déclaré à ses élections internes. Soutenu par de nombreuses personnalités locales et nationales, « Alain Chatillon, Jean-Marc Dumoulin et Dominique Faure, Christian Hénart, Jean-Christophe Lagarde… » cite-t-il, le candidat pourrait parvenir à un consensus autour de sa candidature. Mais les élections ne seront organisées qu’au mois de mai ou juin. D’ici là, tout est possible.

Sa position pour les primaires et les présidentielles :

Le congrès du 20 mars prochain déterminera la position de l’UDI vis-à-vis des primaires à droite et donc des élections présidentielles. Pour sa part, Pierre Médevielle se distingue du président du parti Jean-Christophe Lagarde qui a appelé les militants à boycotter les primaires. « Rien ne nous empêche d’y participer, il faut que nous soyons au cœur du débat », estime-t-il, tout en prônant une candidature unique pour les présidentielles, qui pourrait être Alain Juppé. « Avec le risque du FN, nous ne pouvons pas nous permettre des fantaisies », conclut-il.

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.