Pierre Cohen : « Nous avons mis Toulouse en marche »

Ce lundi, Pierre Cohen est officiellement entré en campagne pour mars 2014. Accompagné de son directeur de campagne François Briançon, la tête de liste PS s’est dit « ravi » et « serein » : « on a toujours envie d’y entrer » a-t-il déclaré. Tout en s’appuyant sur une société en proie à « des crises extrêmement graves », Pierre Cohen, conscient toutefois « qu’un bilan ne fait pas gagner », est revenu sur ses six dernières années au Capitole : « nous avons tenu nos engagements. Nous avons mis Toulouse en marche et rattrapé le retard » a-t-il indiqué. Interrogé sur le mécontentement généré par la politique gouvernementale, Pierre Cohen s’en est pris à son opposant direct qui selon lui, tire profit d’un contexte difficile. Cependant, l’issue du scrutin lui semble d’ores et déjà favorable : « La droite va vouloir nationaliser les municipales et donner un carton jaune mais je ne crois pas au passage gauche-droite. »

 

« Je ferai tout pour gagner cette ville sans triangulaire »

En revanche, le candidat PS s’inquiète davantage d’un risque d’abstention et se défend avec son équipe d’être à l’origine d’une montée du Front National : « Ce ne sont pas nos politiques, nos ambitions qui donnent du grain à moudre au FN. Je ferai tout pour gagner cette ville sans triangulaire.» Pour l’heure en revanche, pas plus d’informations sur un retour ou pas d’EELV, alliés de 2008 : « Les Verts ont décidé de leur autonomie, j’en prends acte. J’ai toujours eu sur ma liste des socialistes, des communistes, des radicaux, des citoyens. Il y aura des écologistes. Je suis au rendez-vous de la diversité et j’en suis fier » a assuré Pierre Cohen, tout en lançant cet ultime ultimatum : « Si dans 24h ou 48h, ils (EELV, ndlr) n’y sont pas, c’est fini.» Avec le Front de Gauche aussi, Pierre Cohen ouvre et referme des parenthèses, citant sans le nommer cet « ancien colistier qui a voté pendant six ans avec nous » et « Mélenchon » qui « nous donne des leçons » (en référence aux propos du leader d’extrême gauche de passage à Toulouse la semaine dernière sur la régie de l’eau « il faut foutre Véolia dehors», ndlr). Et aux attaques de Jean-Luc Moudenc qui voit en la liste Cohen un « étiquetage politique », le principal intéressé répond : « Ce qui compte, c’est que cette liste soit solide, solidaire, avec des gens qui depuis six ans, ont montré leurs compétences. Etre maire, c’est être maire de tous les Toulousains. Et en termes de dogme, je n’ai pas de leçon à recevoir de quelqu’un qui est sur les lignes de Copé qui flirte avec les valeurs d’extrême droite. » De son propre aveu, Pierre Cohen souhaite une campagne « digne », agrémentée de « vrais débats » : « quand on est sur des problèmes assez mesquins de propreté ou de sécurité, en faisant peur aux gens, on n’est pas à la hauteur. » Précisément sur le terrain glissant de la sécurité, le candidat PS campe sur ses positions : « nous avons toujours dit que notre responsabilité c’était d’être coproducteurs de sécurité. A la différence de ce qui existait avant, nous l’avons prouvé. Aujourd’hui on n’est pas la tête dans le sable. On a mis des moyens pour savoir exactement ce qui se passe partout. Nous ne sommes pas contre la vidéosurveillance. La rue Pargaminières était une véritable souricière, il nous a paru important de la réaménager. Mais l’augmentation de la violence envers les personnes et les biens monte inexorablement depuis de nombreuses années. C’est un vrai problème. La vidéosurveillance est une réponse. C’est ce que nous faisons quand nous décidons de mettre des caméras ou de miser beaucoup plus sur l’aménagement urbain.» Samedi, le local de campagne de Pierre Cohen sera inauguré au 37 de la rue de Metz. Une ouverture qui pour le maire sortant a du sens : « c’est le meilleur moyen de bien démontrer que nous ne sommes pas simplement dans un bilan mais que nous avons un programme. » Son contenu en détails ainsi que l’identité des colistiers ne seront dévoilés que fin janvier.

Claire Manaud

 

 



UN COMMENTAIRE SUR Pierre Cohen : « Nous avons mis Toulouse en marche »

  1. Christophe dit :

    “Nous avons mis Toulouse en marche…arrière….”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.