Pierre Cohen fait sa rentrée

C’est la rentrée officielle pour le maire de Toulouse, Pierre Cohen. L’occasion d’afficher les ambitions de la ville, et de faire le point sur les projets en cours. Tour d’horizon  des grands défis à venir pour la ville rose.

 

Toulouse, une ville en chantier ? C’est une impression générale, qui suscite souvent des critiques. Mais pour Pierre Cohen, ce n’est que le résultat de ses promesses électorales. «Les bouchons, les grues, les travaux, c’est signe que la ville est en transformation» déclare-t-il. Et si tout paraît précipité, c’est qu’il faut rattraper «les 30 ans de retard en matière de transports et d’infrastructures».

 

Mobilité et Travaux

Question transport, l’objectif du nouveau plan urbain est de «partager l’espace public dans l’intérêt de tous», ce qui signifie réduire la place de la voiture pour faire la part belle aux cyclistes, aux piétons et aux transports en commun. Le plan de déplacement urbain qui sera voté en octobre prévoit d’ailleurs 120 kms supplémentaires de sites propres (voies spécifiques pour les bus), qui viendront s’ajouter aux 57 existants.

Au niveau des infrastructures, les écoles sont un chantier prioritaire pour le maire de la ville. «Certaines étaient dans un état indigne, mais d’ici la fin de l’année, nous aurons engagé 60 millions dans leur rénovation» sur les 80 millions d’euros prévus d’ici la fin de son mandat, en 2014. Quant aux autres projets en cours, le parc des expositions devrait être livré en 2017, la maison de l’image en 2014 et la salle des musiques actuelles en 2013. Les travaux dans le centre-ville, devraient eux, se terminer entre fin 2012 et 2013.

 

Logement social : The défi

La construction de logements sociaux représentera un «effort important», notamment avec la future loi qui devrait fixer le quota à 25% au lieu de 20 actuellement. «C’est un objectif lourd pour une ville comme Toulouse, bien que nous soyons convaincus de sa nécessité» affirme Pierre Cohen. En outre, certains immeubles du centre-ville auront bien besoin d’un coup de neuf. «Les marchands de sommeil, ça existe, il faudra réhabiliter les endroits en déclin» précise le maire.

 

Eco : Sanofi, c’est fini ?

«Les annonces des dirigeants ne laissent pas présager l’optimisme. Il est clair qu’ils envisagent de fermer le site de Toulouse» déplore Pierre Cohen. Le plan social de l’entreprise sera annoncé mardi prochain, et le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg rencontrera le maire samedi. «J’attends de lui qu’il soit intransigeant». Mais que peut faire le gouvernement pour empêcher la fermeture du site ? «Il faudrait envisager une loi qui interdit dans certains cas les entreprises de licencier. Ce sont des patrons voyous !» clame Pierre Cohen. Mais en attendant, pour les salariés de Sanofi… «Il faut réfléchir à leur accompagnement», sous-entendu, leur reclassement après la fermeture. Visiblement c’est comme si c’était fait.

 

Coralie Bombail



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.