Petites rencontres entre amis

Inutile de vous dire que la tension est à son comble à droite et au centre dans la ville rose. Trois noms sont clairement identifiés désormais pour pouvoir mener une liste… L’ancien maire Jean-Luc Moudenc, la députée européenne Christine de Veyrac, déjà lancée dans la course, et le président du Stade Toulousain René Bouscatel. Malgré le temps qui passe, entre ces trois camps, on continue à jouer « au chat et à la souris »… à « je t’aime moi non plus. » En octobre dernier, les amis de René Bouscatel ont tenté d’amorcer le dialogue en lançant une invitation à Christine de Veyrac et son team. La date et le lieu ont été arrêtés mais la rencontre n’aura finalement pas lieu, certains invités ayant décliné au dernier moment… Jusqu’à ce 28 février, où la candidate UDI et le leader « rouge et noir » se sont fixés rendez-vous pour se dire enfin les choses. Du côté de l’UMP 31, les cicatrices ne sont pas refermées avec Christine de Veyrac, et certains cadres de la rue Gabriel Péri n’ont pas hésité à lui réclamer récemment 12 000 euros d’arriérés (cotisation et loyers pour sa permanence). La députée européenne conteste aussi le fond que la forme de ces attaques. Mieux, en silence elle attend les conclusions judiciaires des suites données aux imbroglios liés aux élections internes de l’UMP en 2010. Des piratages informatiques sembleraient au cœur d’un litige persistant entre certains proches de Jean-Luc Moudenc et de la députée européenne. Wait and see.

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.