Pas si simple d’incarner la jeunesse

La trajectoire d’Etienne Cardeilhac-Pugens aura été rapide. En 2008, il devient adjoint à la jeunesse à Léguevin, commune dynamique située aux portes du Gers et dirigée par le conseiller régional UMP Stéphane Mirc. En 2012, il est le suppléant de Jocelyne Vidal sur la sixième circonscription lors des élections législatives et se forge une expérience en s’opposant à Monique Iborra… En parallèle de toutes ces actions, sa vie quotidienne se faisant désormais dans la ville centre, il crée le MJT (Mouvement des Jeunes pour Toulouse) qui se positionne dès le début dans le sillage de l’ancien maire de Toulouse : « Jean-Luc Moudenc incarne les valeurs que je défends », déclarait l’intéressé dans nos colonnes en mars 2012. Mais depuis les choses se sont tendues entre les deux partis, et ce pour plusieurs raisons. Le MJT a été vite perçu par les « Jeunes Pop’ » de l’UMP comme un adversaire, ce qui a provoqué des conflits larvés entre l’équipe d’Etienne Cardeilhac-Pugens et les cadres des jeunes pousses de l’UMP. D’autant qu’idéologiquement, la jeune garde de la rue Gabriel Péri est plutôt proche de la « Droite forte » de Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, tandis que le MJT a toujours revendiqué un héritage centriste…

Depuis Etienne Cardeilhac-Pugens ne cache plus son ambition d’être présent sur une liste pour l’échéance 2014 et a posé des actes en conséquence. Il a démissionné de l’UMP il y a peu, et a également annoncé au premier magistrat de Léguevin son intention de quitter ses fonctions… Une posture qui ne semble pas avoir convaincu les proches de Jean-Luc Moudenc, lui reprochant notamment d’avoir fait distribuer un tract de soutien à l’ancien maire sans leur aval, et de vouloir esquiver le vote interne des militants UMP pour être sur la future des municipales. Des commentaires qui ne semblent pas avoir refroidi l’intéressé, qui a d’ailleurs remis récemment avec ses troupes un projet jeunesse à JLM en vue des municipales. Durant la soirée Arnaud Mounier, assistant parlementaire de l’ancien maire, a d’ailleurs twitté : « Ce soir @MJT_2014 vient d’apporter publiquement son soutien à JL #Moudenc pour municipales #toulouse ». Dans un communiqué assez saignant daté du 16 juillet, le MJT a répliqué : « Seules les informations écrites noir sur blanc, communiquées par Kevin Ferand (vice-président de l’association, ndlr) ou le bureau du MJT, doivent être considérées comme exactes. Par conséquent nous réaffirmons qu’à ce jour le MJT n’a toujours pas officialisé ses intentions pour les municipales… » Suite à ces épisodes électriques, le projet jeunesse du MJT sera-t-il remis également à Christine de Veyrac ?

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.