Non cumul des mandats: Un dossier brûlant pour les élus toulousains


La polémique a été relancée cette semaine, par un tweet de Sébastien Denard, premier secrétaire de la Fédération de Haute-Garonne du Parti Socialiste. Il rappelle une règle interne du parti selon laquelle tous les députés socialistes devront démissionner de leurs mandats exécutifs locaux, avant le 30 septembre. De quoi mettre le feu aux poudres.

Jean Luc Moudenc, chef de file du groupe d’opposition municipale Toulouse pour tous, n’a pas manqué de réagir à l’annonce de Sébastien Denard. «Un double langage» selon lui, car personne n’a «rien trouvé à redire à la position du premier cumulard de France qu’était le maire de Toulouse jusqu’en juin dernier !» déclare-t-il dans un communiqué. Une position «gonflée» voire même «complètement déplacée» rétorque Régis Godec, adjoint au maire de Toulouse et Chef du groupe municipal Europe Ecologie – Les Verts. «Jean Luc Moudenc n’a pas à commenter le règlement du Parti Socialiste, d’autant qu’il ne s’est jamais prononcé contre le cumul des mandats» poursuit-il. Quant au «double langage», l’élu écologiste se défend : «J’ai dénoncé sur mon blog en 2009, le cumul de mandats de Pierre Cohen. Ce qui a suscité quelques émotions…»

Si Pierre Cohen a décidé de ne pas se représenter au poste de député, d’autres élus locaux devront prendre une décision d’ici la fin du mois. C’est le cas de Gérard Bapt, député de la seconde circonscription de Haute-Garonne et maire de Saint Jean. Compte-t-il sacrifier sa fonction de maire au profit de son 8e mandat de député ? «Cela va se faire, c’est avéré mais pas du jour au lendemain. Je vais quitter mon poste de maire mais j’essaye de préparer ma succession dans les conditions les plus sereines possibles» répond-il, quelque peu laconique.

Mais c’est également le cas de Carole Delga, élue députée de Comminges en juin dernier, et maire de Martres-Tolosane. Si elle vient de quitter son poste de Vice-présidente de la région Midi-Pyrénées, elle ne compte pas abandonner pour autant ses fonctions de maire. «C’est une petite commune donc ce mandat ne risque pas d’affecter mon travail parlementaire» se justifie-t-elle. Elle révisera sa position «en fonction de ce que décidera la future loi sur le sujet». La commission de la moralisation de la vie politique est censée rendre ses premières conclusions sur la question en novembre prochain. «La loi devrait être applicable d’ici 2014» précise Carole Delga. Trop long au goût de certains. Pour Régis Godec «ce pourrait être plus rapide car c’est le genre de loi très populaire». Populaire ? Tout dépend pour qui…

 


 

Coralie Bombail

71 % des militants socialistes se sont prononcés contre le cumul des mandats selon un référendum de 2009.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.