Municipales : Christine de Veyrac bat campagne au rythme du dancefloor

La candidate UDI Christine de Veyrac a décidé de changer les codes de la campagne électorale. Hier soir, elle a rassemblé adhérents, cadres du parti, amis et quelques curieux à la boîte de nuit L’Opium pour un « after work », ou plutôt pour un « after school », car l’opération visait avant tout les jeunes.

« Toulouse est la capitale de la jeunesse. Je ne fais pas de la politique pour ma génération » a lancé Christine de Veyrac, perchée derrière les platines du DJ. La candidate ne s’est pas attardée dans son élocution : « Il y en a marre des discours politique qui dure des heures et qui ennuient tout le monde. » Elle est vite redescendue auprès des ses convives, discuter un petit peu avec tout le monde.

Pas un mot sur l’investiture de Jean-Luc Moudenc par l’UMP. « Ce n’est pas une surprise, on savait que ça allait arriver » se contente de commenter sa directrice de campagne, Marthe Marti (Modem).

Visiblement, Christine de Veyrac compte se démarquer avec ce genre d’évènement. « C’est une autre manière de faire de la politique, et c’est pas de la démagogie. Christine veut rafraichir l’image de la politique en associant les jeunes à sa campagne » témoigne Grigori Michel, responsable des jeunes UDI 31.

L’esprit était donc à la fête : open bar, musique à fond et même un tube remixé en l’honneur de la candidate. A écouter absolument !

 

Coralie Bombail

 

Mots clés : Christine de Veyrac, UDI, UDI 31, Jean-Luc Moudenc, Grigori Michel, Opium, Boîte de nuit, Toulouse, Elections muncipales



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.