Moudenc veut « rallumer la lumière » à Toulouse

C’est au son des bandas que Jean-Luc Moudenc a ouvert le bal des meetings à Toulouse hier soir. Un candidat « plus combatif », « dynamique » selon ses proches dans une salle Mermoz qui d’après l’équipe de campagne, a réuni 1600 personnes. A l’applaudimètre des colistiers, Laurence Arribagé est certainement celle qui remporte tous les suffrages. Venu en renfort, le sénateur UDI de Revel, Alain Chatillon déclare à son tour : « Nous avons une reconquête à entreprendre. Il nous faut des élus compétents, combatifs et qui s’engagent.» Puis le candidat Moudenc entre en scène et fait taire le dernier sondage le donnant en seconde position derrière Pierre Cohen : « ce n’est pas un institut de sondage parisien qui va élire le maire de Toulouse ! » Sécurité, logement, emploi, circulation, transports… Pour Jean-Luc Moudenc, 2008 a vu l’arrivée d’une « équipe totalement inexpérimentée. Nous l’avons vue patauger pendant des mois, arrêter les projets, découvrir la chose municipale. » Parmi les grandes lignes de son programme détaillé ce soir, la « généralisation de la vidéoprotection dans Toulouse ».

[imagebrowser id=100] Le candidat Moudenc prévoit également de doubler les effectifs de la police municipale, car en termes de sécurité, « la mairie est aux abonnés absents depuis 2008 » : « nous rallumerons la lumière ! » scande-t-il. Autre épine dans le pied des Toulousains : la circulation. « Aucun tram, aucun BHNS» mais « une troisième ligne de métro », et « une deuxième rocade » avance Jean-Luc Moudenc pour qui à Toulouse, « tout est fait pour compliquer la vie de l’automobiliste en ville. Il faut le punir pour qu’il aille vers les transports en commun. » Et de dénoncer « le sceau du dogmatisme », « l’idéologie » des ex-actuels locataires du Capitole, et le bilan d’un maire sortant qui « à l’orée de cette campagne, ne veut pas rendre des comptes» et « qui a horreur de la contradiction.» Jean-Luc Moudenc qui reconnaît qu’il doit « beaucoup à Toulouse », compte aussi « remettre de l’ordre dans les finances de la ville » : « les caisses étaient pleines. Elles sont vides » assure celui que son échec aux dernières municipales puis sa victoire aux législatives de 2012 a semble-t-il galvanisé pour cette nouvelle échéance.

Claire Manaud

Photos/vidéo : Marie-Agnès Espa

 

Les petites phrases …

« La tactique de Pierre Cohen est de fuir le débat. Il ne veut pas rendre des comptes sur son mandat ! »

« Si je veux être maire de Toulouse, ce n’est pas pour moi, pas plus pour défendre aveuglément la posture d’un parti politique »

« La philosophie anti-métro est au pouvoir au Capitole ! Le maire actuel était déjà contre la ligne A en 1983 ! »

« Les terrains de l’Oncopole et de Montaudran méritent mieux que de servir de parking pour les caravanes et campements de roms ! »

« La métropole toulousaine doit retrouver sa pleine activité. Prétendant qu’elle avance, le sortant nous enfume ! »



2 COMMENTAIRES SUR Moudenc veut « rallumer la lumière » à Toulouse

  1. Gold31 dit :

    Oui Jean-Luc Moudenc a raison lorsqu’il dit : « ce n’est pas un institut de sondage parisien qui va élire le maire de Toulouse ! »…(sondage rappelons-le qui donnait Pierre Cohen à 56% à moins de deux mois des élections contre 44% seulement pour Jean-Luc Moudenc).
    Mais la présence hier de 1600 militants seulement, salle Jean-Mermoz, pour le lancement de la campagne de JL Moudenc pour 2014, contre 2000 militants présents pour le même candidat en 2008, a de quoi nous inquiéter quand même!

  2. theron dit :

    L’ex-maire, élu pendant 27 ans, n’a aucune connaissance du monde du travail, pas plus que de la “société civile”.
    Pour lui, les transports c’est le métro uniquement, avec un coût astronomique. On a vu ce que sa “majorité” de l’époque faisait avec les bus (suppression de lignes), aucune concertation avec les usagers (pour les vélos pas une seule réunion avec les associations d’usagers…), et il adore le tout-voiture, qui a ses limites : raréfaction du pétrole qui implique une hausse à la pompe, une baisse des ventes de voitures et à terme la disparition de ce mode de transport dangereux, polluant, cher.
    Moudenc et ses colistiers seront de toute façon au conseil municipal même en cas de défaite, il continuera à toucher son “salaire”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.