Moudenc, un an après…

Moudenc

A la  fin de cette première année de mandat, Jean-Luc Moudenc tire le bilan de son action. Une conférence devancée par celle organisée par l’opposition municipale réunie

 

Battle. Hier matin deux conférences de presse se sont tenues sur le même thème : les un an de Jean-Luc Moudenc à la tête de la ville et de Toulouse métropole. C’est dans les locaux de la métropole que l’édile a choisi de s’exprimer, entouré des élus du groupe majoritaire. Alors que la hausse des impôts locaux a été voté il y a peu, la nécessité de « rendre des comptes aux toulousains » est plus forte que jamais.  « Le principe majeur de notre action est de continuer à investir, tout ce qui pouvait être lancé ou continué l’a été, les décisions d’arrêt de tel ou tel projet sont rares », affirme-t-il en préambule. Une des priorités de cette première année : la sécurité, « une action nouvelle qui va monter en puissance », prévient-il en mentionnant la vidéo protection et l’arrêté anti-prostitution en exemple. Il enchaine avec la mobilité –parking à 5€ en soirée, métro jusqu’à 3h du matin, le tramway à l’aéroport- la proximité avec la mise en place des maires de quartier et la solidarité en citant les nouveaux critères d’admission en crèche. Le travail en faveur d’une inscription de la ville au patrimoine de l’Unesco, « mais nous pourrons donner plus de précisions là-dessus dans un mois », annonce-t-il.

En mars 2014, le seul document dont on disposait était le compte administratif “

Sur la situation financière de la ville, le maire a tenu à répondre aux critiques : « En mars 2014, le seul document dont on disposait était le compte administratif de l’année 2012, qui est la photographie réelle du budget exécuté ». Ces comptes sont publiés tous les ans en juin, pour l’année précédente, « et nous avons découvert que le budget était insincère à hauteur de 26 millions d’euros », plaide Jean-Luc Moudenc. A cela, il ajoute la baisse des dotations « annoncée par Manuel Valls, 8 jours après l’élection ! On ne le dira jamais assez », s’exclame-t-il pour justifier « l’effort demandé aux Toulousains ». Malgré ce contexte, la majorité a tenu à exposer les projets « en préparation ». En culture, la piste des géants à Montaudran, le quai des savoirs, et l’auditorium de la prison Saint-Michel figurent parmi les projets engagés. Concernant les transports, la troisième ligne de métro reste une priorité, le tracé sera présenté fin 2015. Dix nouvelles lignes Linéo vont ouvrir à l’horizon 2020 et les travaux pour le doublement de capacité de la ligne A doivent s’engager en 2017 (pour une mise en service en 2019). La municipalité continuera par ailleurs le travail engagé avec l’urbaniste Joan Busquets, les études pour redessiner le centre-ville vont débuter cette année afin que le projet soit terminé en 2019. En attendant, le kiosque Saint-Pierre sera livré en mai 2016.

Jean-Luc Moudenc met également l’accent sur l’éducation qui bénéficie d’un « budget sans précédent » de 166 millions d’euros d’ici 2020, alloués entre autres à la création de six nouveaux groupes scolaires. La sécurité restera une priorité sur le reste du mandat, avec la poursuite du plan de déploiement de la vidéo-protection sur tout le territoire et le doublement des effectifs de la police municipale notamment.



2 COMMENTAIRES SUR Moudenc, un an après…

  1. Juston pierre dit :

    L’éducation qui bénéficie “(…) d’un budget sans précédent” de 166 millions d’euros d’ici 2020 (…)” la supercherie est belle, et que dire de la réalité: pour l’instant dans les faits, fin de la gratuité de la cantine pour les plus démunis, augmentation générale du coût des activités extra scolaires et baisse des dotation de 13% !

    • Juston pierre dit :

      Des dotations*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.