Moudenc, Diebold : Sur le terrain avec deux candidats

Un samedi en campagne

La campagne des législatives s’illustre aussi par l’investissement des candidats.  Avec les médias, en porte à porte, animant des réunions publiques, et bien entendu sur les marchés, le passage obligé de toute campagne qui se respecte. Votre hebdo a passé une matinée avec Jean-Luc Moudenc (candidat sur la troisième circonscription) et avec Stéphane Diebold (lui sur la quatrième circonscription) sur deux marchés différents.

Samedi matin 10 h : Nous sommes en plein cœur du marché Victor Hugo, qui a la particularité de concerner les électeurs aussi bien de la première que de la quatrième circonscription. A l’entrée, nous croisons les équipes de militants de Sacha Briand (UMP) et de Jean-Jacques Bolzan (Centre), la guerre fait rage pour s’opposer à Catherine Lemorton sur la première circonscription. A l’intérieur, nous rejoignons Stéphane Diebold, qui accompagné d’une équipe de militants, traverse le marché dans tous les sens et aborde chaque commerçant avec une empathie réelle. Il y croise notamment Mme Samaran dont l’enseigne n’est plus à présenter : «Que j’appréciais votre père !» Car si Stéphane est avant tout là pour faire partager ses convictions, il sait que son nom est un «plus» indéniable dans le landerneau toulousain. En deux heures passées avec ce candidat, nous ne compterons pas, au hasard des rencontres,  les hommages appuyés au paternel (l’ancien adjoint de Dominique Baudis et Philippe Douste-Blazy, l’ancien député, Jean Diebold. Une figure de l’histoire politique de notre ville.) «J’ai bien connu votre père. C’était un homme généreux», autant de propos élogieux que nous avons pu entendre, et qui résonnent sans doute fortement dans l’engagement du candidat. Un Stéphane Diebold qui ne cache pas aux électeurs croisés, les problèmes liés à son appartenance politique : «Mme, l’UMP,  ils m’ont viré ! Je critique un certain sectarisme de la part de mon parti de coeur.» Lui, le dissident (il s’oppose dans cette élection à Bertrand Serp, le candidat officiellement investi par l’UMP) a décidé de s’engager pleinement dans cette campagne : «La semaine dernière, j’ai été surpris de l’accueil formidable que j’ai reçu au marché St Aubin. Beaucoup de gens sont venus spontanément me parler.»

12h : C’est l’heure de l’apéritif et la guerre des tracts s’intensifie. Stéphane Diebold croise chaleureusement Jean-Jacques Bolzan et son suppléant Jean-Paul Miquel, qu’il connaît pour raisons professionnelles (tous deux sont issus d’Airbus.) Marie-Hélène Mayeux-Bouchard, suppléante de Sacha Briand, est également là. L’heure est à la détente.

12h30 : Jean-Luc Moudenc nous attend à l’entrée du marché des Carmes. Avec son équipe, il distribue à qui le veut, son programme. Lui qui est candidat sur la troisième circonscription face à Alain Fillola et François Simon. Salué par un grand nombre de personnes, il échange volontiers avec les personnes âgées qui lui parlent de leur état de santé : «C’est l’effet d’avoir été maire. Les gens vous reconnaissent. Je pense objectivement avoir une notoriété supérieure à celle de mes concurrents.» Ce qui est frappant, c’est aussi de constater que les Toulousains interpellent avant tout le candidat pour lui parler du Capitole : «Tu vas nous reprendre la mairie !» Et l’intéressé de lancer en réponse : «J’y travaille tous les jours !» Un quadra faisant ses courses reconnaît l’ancien maire : «Nous avons besoin de vous pour qu’il n’y ait pas de grand chelem.» Car pour certains électeurs, Jean-Luc Moudenc passe pour être le seul recours à une victoire promise à la gauche sur l’ensemble des circonscriptions de la Haute-Garonne : «L’élection sera serrée. Tout se passe bien, mais il va falloir mobiliser et faire en sorte que l’abstention ne soit pas dans notre camp» avertit Jean-Luc Moudenc à une jeune mère de famille. Pour Jean-Luc Moudenc et Stéphane Diebold, il reste beaucoup de mains à serrer avant le 10 juin…

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.