Métro à Labège : acte 2 au ministère des Transports

a la loupe
Jean-Luc Moudenc, Jean-Michel Lattes et Jacques Oberti ont été reçus par le ministre des Transports, le 21 août dernier.

Consensus. Pro et anti PLB se sont succédés dans le bureau ministère des Transports pour trouver une issue sur le sujet de l’arrivée du métro à Labège… Des réunions pour rien ?

Jeudi 21 avril, le ministre des Transports Alain Vidalies a reçu une délégation d’élus locaux pour aborder le sujet de la desserte du Sud-est toulousain par le métro. Après avoir reçu les défenseurs du PLB (prolongement de la ligne B de métro jusqu’à Labège), Carole Delga (présidente de Région), Georges Méric (président du département), et Kader Arif (député 10e circonscription), c’est au tour du président de Toulouse métropole, Jean-Luc Moudenc et du président de Tisséo Jean-Michel Lattes, tous deux défenseurs de la 3e ligne de métro et d’un téléphérique urbain sud, d’avoir audience au ministère des Transports. Notons que le président du Sicoval Jacques Oberti, premier intéressé par le sujet, était présent aux deux rendez-vous. Que ressort-il de cette deuxième réunion ? Les éléments de langage divergent selon ‘‘les camps’’. Si l’on en croit le communiqué du Sicoval, « Alain Vidalies a confirmé que le Prolongement de la Ligne B était, à ce jour, le seul projet de la grande agglomération toulousaine labellisé par l’État dans le cadre du 3e appel à projets national de transports collectifs, mis en place après le Grenelle 2. » La communauté d’agglomération rappelle en outre que « le Secrétaire d’Etat a précisé que si Tisséo-SMTC, autorité organisatrice des transports, ne validait pas le projet de PLB même raccourci, les fonds de l’Etat seraient perdus. »

Le ministre ne peut pas se substituer à une décision locale

En revanche, la déclaration commune de tous les participants au sortir du rendez-vous est beaucoup plus consensuelle : « Le Secrétaire d’Etat a rappelé le rôle de l’Etat : soutenir les projets élaborés localement à travers des procédures régulières d’appel à projets, un quatrième appel à projets étant attendu prochainement. » Mais tout le monde s’accorde sur un point : Alain Vidalies a surtout précisé qu’il revenait aux élus locaux de trouver un accord et qu’il ne pouvait en aucun cas se substituer à une décision locale. Tout ça pour ça… En résumé, les réunions au ministère ne pourront pas venir à bout de ce débat houleux. La seule qui pourra débloquer la situation sera celle qui réunira l’ensemble des acteurs concernés. Jean-Michel Lattes devrait prochainement organiser un rendez-vous « au sommet des exécutifs du SMTC-Tisséo, de Toulouse Métropole, du Sicoval, de la Région et du Département. » Enfin ?

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.