Dossier Spécial Présidentielles : Martine Rieu-Griffe plaide pour le président sortant «Il prend des risques en permanence»

Martine Rieu-Griffe et Virgile B.torrès

La candidate UMP sur la 8ème circonscription défend «bec et ongle» le candidat Sarkozy, sa personnalité, son bilan et son projet pour les cinq années à venir.

 

Est-il facile de faire campagne pour Nicolas Sarkozy dans la 8e circonscription ?

Sur mon territoire, il faut vraiment chercher à ouvrir le dialogue, car les gens sont assez réfractaires à parler politique. Ils en ont assez d’entendre parler de la Présidentielle partout. Ils ont presque trop d’informations. Et pour beaucoup ils restent dans la superficialité, le bon mot du jour, le sondage de la veille etc. Et puis c’est vrai qu’ils ont beaucoup d’a priori sur le début du quinquennat avec l’histoire du «Fouquet’s» ou du yacht de Bolloré. Ces détails éludent malheureusement l’action de Nicolas Sarkozy tant nationale, européenne qu’internationale. Ce type-là s’est battu comme un fou sur tous les plans, et d’une façon remarquable. Alors oui, tout n’est pas parfait, et nous vivons une crise sans précédent avec du chômage. Mais on s’en sort plutôt pas mal, en ayant notamment conservé nos acquis sociaux. Qui aurait pu faire mieux que lui dans ce contexte ? En revanche, je ressens les commerçants et le monde rural plutôt favorables au président sortant.

Mais pourquoi faudrait-il voter pour Nicolas Sarkozy au premier tour ?

Il ne serait pas bon pour notre pays que la gauche ait tous les pouvoirs. Ils ont le Sénat, les régions, les départements, les grandes villes… Ne leur laissons pas l’Elysée en plus ! Si le pouvoir central revient à la gauche, nous n’aurons plus de démocratie en quelque sorte. Ensuite ce qui fait la différence, c’est l’homme. Sa stature d’homme d’Etat est aujourd’hui indiscutable. La fonction l’a fait devenir ce qu’il est aujourd’hui : un grand président au bilan sous-estimé. Il aura marqué l’Histoire. Il aime profondément la France.

«Les thématiques populaires ne sont pas l’exclusive de Marine Le Pen»

Ces arguments n’illustrent-ils pas la «droitisation» du discours UMP durant cette campagne ?

Attendez, nous avons le droit d’aller sur des thématiques populaires ! Elles ne sont pas l’exclusive de Marine Le Pen. D’ailleurs pourquoi le Front National fonctionne-t-il si bien ? Il dit tout haut, mais sans apporter de réponses, ce que les gens ont envie d’entendre. Marine Le Pen parle librement d’immigration ou du vote des étrangers, et nous nous devons de ne pas la laisser seule sur ces terrains. Nicolas Sarkozy a donc raison de durcir le ton sur ces thématiques.

Et pourtant il n’y aura jamais eu de président aussi haï que lui ?

Mais pourquoi ? Parce qu’il est partout ! Il prend des risques en permanence. Il s’engage.

Vous avez l’air remonté contre les élus de gauche ?

Oui car ils sont souvent inconscients, et agissent trop souvent par pure idéologie. Quand on leur demande, au niveau des collectivités territoriales de réduire les dépenses et les embauches, ils font le contraire. Ils dilapident l’argent public, ce qui est indécent vis-à-vis des générations à venir.

Quels sont les plus programmatiques de votre candidat ?

Chacun sait qu’économiquement, il n’y a aucune marge de manoeuvre. Les promesses de messieurs Hollande et Mélenchon ne tiendront pas la route. En revanche, Nicolas Sarkozy va protéger nos frontières, il va défendre l’esprit français, notre fierté d’être Français. Il ravive le patriotisme, et nous en avons besoin.

Propos recueillis par Thomas Simonian avec le concours de Stéphane Baumont



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.