Malvy « se repose sur ses lauriers » selon l’opposition

Le groupe d’opposition régionale « Osons Midi-Pyrénées » a présenté hier ses vœux à la presse. L’occasion de dénoncer les « couacs » du système Malvy et de préciser leurs ambitions.

 

« Martin Malvy agit comme une icône, il travaille seul. On se demande même si sa majorité est vraiment associée à ses décisions » lance Jacques Thouroude, président du groupe Osons Midi-Pyrénées. Mais, pour l’opposition cet « aura » qui caractérise le président de région décline peu à peu. « L’affaire TLT montre un excès de confiance de sa part » remarque la conseillère régionale Elisabeth Pouchelon. En effet, la nomination de son directeur de cabinet, Philippe Joachim, à la tête de la chaîne toulousaine a été retoquée par la commission de déontologie de la fonction publique. Un « couac » pour « l’intouchable Martin Malvy ».

Plus généralement, le groupe remet en cause la gestion budgétaire de la Région Midi-Pyrénées. « On accorde des investissements, mais nous n’avons jamais de retour car il n’y a pas d’évaluation sur les conséquences de ces investissements » explique Jacques Thouroude. « Et la plupart des aides est attribuée aux amis de Malvy, ce qui crée des disparités entre les territoires » ajoute-t-il. Pourtant Midi-Pyrénées est l’une des régions les mieux gérées de France, alors comment justifier cela ? « D’une part toutes les régions sont tenues par des socialistes et sont donc très mal gérées » soulève Marie-Pierre Chaumette. « Et notre économie tient exclusivement sur le secteur aéronautique, alors qu’il faudrait diversifier nos activités. Mais les investissements dans le développement économique ne représentent que 10% du budget » précise Elisabeth Pouchelon. En clair, Osons Midi-Pyrénées accuse Martin Malvy de « se reposer sur ses lauriers », mais le président du groupe prévient : « nous resterons vigilants sur tout et nous nous préparons à l’alternance pour 2015. »

Coralie Bombail

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.