L’UMP 31 plutôt derrière Copé ?

Yoann Rault-Wita est un jeune militant de l’UMP, animateur toulousain sur Facebook et Twitter de la campagne de Jean-François Copé pour la présidence du parti : «C’est un coup de cœur à la fois sur le fond et sur la forme. C’est un politique qui assume le fait de ne pas toujours être dans le politiquement correct et il ne tremble pas pour dénoncer les mensonges de la gauche. Sur le fond, il a une vraie vision de ce qu’est la droite. Une droite moderne et décomplexée, qui n’appellera pas à voter à gauche dans un duel PS/FN.» Le constat de Yoann, c’est qu’au sein de la fédération haut-garonnaise, une tendance nette semble se dessiner pour la candidature de Jean-François Copé : «Au niveau des jeunes, il y a clairement une dynamique avec un appel national qui a été signé par les responsables locaux des Jeunes Pop’ et de nos Jeunes Actifs, Guillaume Brouquières et Xavier Spanghero. C’est logique car Jean-François Copé a lancé un signal fort à la jeunesse de droite depuis qu’il est à la tête de notre parti… Quand on passe à la fédé, on peut croiser des pro-Fillon, mais il est difficile de trouver des supporters de NKM et de Le Maire.» La question que tout le monde se pose est aussi celle qui concerne les dirigeants locaux de l’UMP, Jean-Luc Moudenc et Laurence Arribagé. Doivent-ils prendre position ? Le jeune UMP semble partagé : «Ce débat existe bien en interne. Je pense qu’ils sont libres de faire ce qu’ils veulent… Même s’ils ont toujours travaillé main dans la main avec Copé. Ils ont sans doute compris que la position des cadres c’est bien, mais que les militants ont aussi droit au chapitre. Je constate cependant que beaucoup de présidents de fédérations prennent position…» Devoir de réserve ou non prise de risque ? Les semaines à venir nous donneront des éléments de réponse.

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.