L’UDI 31 au bord du précipice ?

JP Albouy a écrit son mécontentement

Telle est la question que l’on peut se poser aujourd’hui… Depuis le lancement du parti de Jean-Louis Borloo en Haute-Garonne, les cadres locaux ne cessent de se déchirer, le point d’orgue ayant été l’élection du président de la fédération qui s’est déroulée le 27 mai dernier de manière extrêmement tendue entre Jean Iglesis (le vainqueur) et Philippe Lasterle (le challenger). Maintenant c’est au tour de Jean-Pierre Albouy (président départemental du « Nouveau Centre ») de sonner la charge. Ce dernier a pris sa plume pour écrire une lettre ouverte cinglante qui vise clairement le président en place, Jean Iglesis. Dans ce courrier envoyé dans un premier temps aux cadres du mouvement, et bientôt envoyé à l’ensemble des adhérents, Jean-Pierre Albouy déplore la mainmise du Parti Radical 31 sur l’appareil de l’UDI… En sous-entendant d’y voir une stratégie pour se placer individuellement en vue des prochaines échéances électorales : « c’est une minorité du Parti Radical qui tient l’UDI, puisque les troupes sont plutôt proches de Jean-Jacques Bolzan » nous explique en « off » un homme de l’appareil. C’est d’ailleurs la toute récente nomination de Laurence Massat Guiraud-Chaumeil en qualité de déléguée départementale (même si l’officialisation n’a pas été faite, Paris aurait entériné la décision le 19 septembre dernier) qui a mis le feu aux poudres… « Les valeurs d’honnêteté (…) ont été balayées avec mépris » indique Jean-Pierre Albouy dans son réquisitoire, qui ajoute plus loin « je suis meurtri et inquiet pour l’avenir. » Son analyse est simple, tous les pouvoirs sont dans les mains d’un seul parti, le Parti Radical. L’organigramme actuel avec Jean Iglesis à sa tête, le sénateur Alain Chatillon et le conseiller régional Jean-Luc Rivière en vice-présidents, et donc désormais Laurence Massat en déléguée départementale, a donc incité un vent de rébellion de la base et des autres partis. Lors d’une récente réunion du « Nouveau Centre », il y a eu une unanimité pour décider de ne pas participer au bureau de l’UDI dans les conditions actuelles… La vie du parti centriste est donc quasi arrêtée car dans le même temps Hervé Boco, en charge du projet de Christine de Veyrac, vient de quitter l’ « Alliance Centriste » pour rejoindre le « Nouveau Centre » avec une centaine d’adhérents. Le bras de fer est engagé en interne.

Thomas Simonian



4 COMMENTAIRES SUR L’UDI 31 au bord du précipice ?

  1. Patrick AUBIN dit :

    Finalement le fonctionnement de l’UDI n’est guère différent de ce qu’était l’UDF : une incapacité à faire fonctionner une union où un clan essaie de verrouiller le système avec application de la politique de la terre brûlée. Au lieu de défendre des idées, il est défendu des positions dans des organigrammes pour ensuite truster les places dans les élections.

    Voler les citoyens mais aussi les militants est finalement le but de toute association politique : on devrait inscrire cela dans l’article 2 de la déclaration des droits de l’homme !

  2. autresondecloche dit :

    Pauvre Christine, que vouliez vous qu’elle fit avec cette bande de branquignols, sans éthique, sans parole , un brin paresseux , qui défilent tous le soir en douce dans le bureau de Moudenc et qui finalement sont sans honneur!
    Qu’il s’agisse du Parti Radical ou de l’UDI , M. Iglésis et Mme Massat finissent par ne plus représenter qu’eux-mêmes et les états-majors parisiens un brin aveugles ne s’en rendent même pas compte!

  3. autresondecloche dit :

    Qui plus est pour certains le ridicule ne tue pas. Voilà Hervé Boco et son bataillon d’ étudiants de science po, mercenaires de Christine de Veyrac ou de JL Moudenc,(allez donc savoir, puisque leur sergent chef-professeur chercherait aussi un job chez Moudenc)- s’attaquer désormais à la citadelle du Nouveau Centre après avoir pris d’assaut l’Alliance Centriste.
    Leur technique est désormais bien rodée, ils arrivent en masse dans le parti, ils y foutent la merde, y détronent le chef pour le remplacer par un à la botte du trio deVeyrac- Eglésis-Massat… ou de Moudenc allez donc savoir… ce sont des mercenaires!.
    Après on passe au suivant…Et pendant ce temps les toulousains peuvent toujours attendre le projet de Christine de Veyrac…
    Nous vous en supplions arrêtez de discréditer la vie politique…Jean-Louis Borloo ouvre donc les yeux !

  4. Sébastien Gauthier dit :

    Ah qu’est ce que c’est facile de se cacher derrière un pseudo pour calomnier les personnes.
    Surtout quand on reconnait le style d’une personne qui ne représente qu’elle même et qui perd son temps à critiquer les autres au lieu de se battre pour ses valeurs…
    N’est ce pas C. D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.