L’interview décalée de Loubna Zair

Loubna ZairConseillère municipale d’opposition (non-inscrit et sans étiquette) à Colomiers, Loubna Zair est également engagée dans l’association “Fédération femmes du monde” qui pour objectif de promouvoir la femme dans les domaines de l’éducation, de l’emploi et de l’entrepreneuriat. Cette consultante en communication de formation s’est prêtée au jeu de nos questions… décalées.

 

Vous est-il déjà arrivé de vous endormir au cinéma, au théâtre ou toute autre manifestation culturelle ?

Non, car étant une grande passionnée de la culture, je sélectionne toujours les sujets que je veux voir, ce qui me permet d’éviter d’être déçue par le contenu.

De quel luxe ne pourriez-vous pas vous passer ?

Mon parfum avec lequel je me sens très féminine…

Y a-t-il des sujets que vous vous interdisez d’aborder ?

Tout ce qui est diffamatoire et irrespectueux à l’encontre de l’être humain. En effet, ces sujets ne sont que de la poudre aux yeux et ils ne résolvent pas les problématiques que rencontrent les citoyens.

Pour décliner une invitation chez des amis, que prétextez-vous ?

Désolée, mon Mari a entraînement de foot ce soir.

Quelle est votre chanson d’amour préférée ?

“L’envie d’aimer” dans “Les Dix commandements”.

Avec quelle personnalité aimeriez-vous échanger votre vie pour une journée ?

Fatima Mernissi, écrivain et sociologue marocaine. C’était une grande féministe qui a, tout au long de sa vie, soutenu la cause des femmes spécialement du monde arabe.

À quelle occasion avez-vous menti pour la dernière fois ?

Lorsque ma fille a perdu sa première dent de lait et que j’ai dû jouer le rôle de la petite souris.

À quelle occasion vous est-il arrivé de penser : « je n’y arriverai jamais » ?

Une après-midi d’anniversaire où 10 bambins pleins d’énergie m’ont épuisé en une heure. À ce moment-là, je me suis dit que « je n’y arriverai jamais », mais avec des tours de magie tout redevient possible.

Pour vous faire plaisir, quel plat faut-il vous cuisiner ?

La Pastella, saupoudrée de sucre et de cannelle avec sa farce de poulet aux amandes… Hum !

Quel défaut jugez-vous rédhibitoire ?

L’hypocrisie couplée à la mauvaise foi. Ces traits de caractère dépeignent des personnes dénuées de toute forme d’autocritique, empêchant la réalisation de débat constructif.

Que feriez-vous si vous étiez, le temps d’une journée, dans un corps du sexe opposé ?

Je jouerais au foot pour comprendre la passion de mon mari.

 

« Les femmes d’aujourd’hui sont capables d’occuper des postes à grandes responsabilités »

 

Une chanson a-t-elle marqué votre vie ?

La chanson “We Are the World”, car c’était la première fois que l’on assistait à une association d’artistes pour un but humanitaire.

Quel a été le moment le plus heureux de votre vie ?

Les naissances de mes enfants.

Quel serait votre pire cauchemar ?

Me retrouver seule sur une île déserte, sans aucun moyen de rentrer chez moi.

De quel objet personnel auriez-vous du mal à vous séparer ?

Mon téléphone portable. Cet objet au départ anodin est devenu essentiel pour moi, car c’est un moyen de garder le lien entre amis au-delà des distances.

Avez-vous une recette miracle contre le stress ?

Le sport est le meilleur moyen pour moi de me libérer du stress, cela me permet de penser à autre chose tout en dépensant des calories.

Quel est, pour vous, le plus grand luxe ?

De pouvoir visiter toutes les grandes villes du monde et de découvrir leurs cultures.

Qu’est-ce qui vous pénalise le plus dans la vie ?

La misogynie : les femmes d’aujourd’hui sont capables d’occuper des postes à grandes responsabilités et de participer aux décisions qui influencent la vie de nos concitoyens. Il est temps que certains hommes s’en rendent compte.

Qu’aimeriez-vous que l’on dise de vous après votre mort ?

Je suis fière de l’avoir rencontré.

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.