[Lettre ouverte] Isabelle Hardy écrit à Jean-Luc Moudenc

Isabelle Hardy ©Philippe VidoniConseillère municipale et métropolitaine de l’opposition, à la mairie de Toulouse, Isabelle Hardy était, sous l’ère Pierre Cohen, l’adjointe au maire en charge du commerce et de l’artisanat. Longtemps concernée par le dossier de l’aménagement du quartier Arnaud Bernard, elle interpelle aujourd’hui Jean-Luc Moudenc à ce sujet.

 

Monsieur le Maire,

Présence policière renforcée, déploiement massif de la vidéosurveillance… et dernière trouvaille en date, mise en place de bornes anti-assise, sorte d’éléments en métal qui visent à empêcher quiconque de s’assoir : voilà monsieur le Maire les actions menées depuis 2 ans dans un quartier qui mérite une attention toute particulière.

Il y a urgence. Arnaud Bernard est un quartier historique, riche d’une population issue des différentes vagues d’immigration, terreau d’une vie culturelle intense et variée, berceau des repas de quartier, porteuse de valeurs cosmopolites… et pour autant aujourd’hui, et depuis de trop nombreuses années, en souffrance à cause du développement des deals, des incivilités et de l’augmentation de la difficulté pour les femmes de vivre normalement.

Aujourd’hui, malgré les déclarations d’intention, force est de constater que toute approche globale a été abandonnée au profit d’une réponse exclusivement sécuritaire qui se révèle inefficace.

La récente pose de croix en métal sur des bornes, loin d’être anecdotique, montre une incompréhension du fonctionnement de l’espace public et de l’impact qu’un aménagement urbain peut avoir sur ses usages.

« Toute approche globale a été abandonnée au profit d’une réponse exclusivement sécuritaire »

Permettez-moi de vous suggérer quelques actions (que nous avions lancées) à mettre en œuvre très rapidement :

Reprenez la réflexion sur le projet urbain engagée avec le professeur Joan Busquets, et tous les acteurs présents dont le comité de quartier : vous avez fait le choix de réaménager les abords de St Sernin, mais sans intégrer Arnaud Bernard dans le projet, le quartier doit s’ouvrir, d’un côté sur le Nord et les boulevards, de l’autre sur le cœur de ville, dans la continuité de l’axe cardo romain. Car une des clés de transformation profonde réside dans l’amélioration de l’espace public en termes de qualité, mais aussi dans la capacité à recréer un lien naturel vers le cœur de ville.

Relancez l’opération “Commerce avenir”, projet essentiel pour la redynamisation du quartier, par la réintroduction d’une diversité commerciale, et le développement de commerces de proximité.

Portez une véritable stratégie en termes de culture et d’animation culturelle, faites en sorte que les temps forts toulousains se déroulent aussi à Arnaud Bernard, renouez avec le bouillonnement culturel qui fait partie de l’ADN du quartier.

Redonnez au point info, installé au cœur du quartier, une véritable mission d’accueil et d’animation.

Faites du plan propreté une des priorités, en généralisant le tri sélectif, en renforçant le nettoiement.

Accompagnez la réhabilitation des logements anciens dégradés.

Bref, pensez global… et local !

Monsieur le Maire, renouez le dialogue et mettez en œuvre une véritable concertation avec l’ensemble de celles et ceux qui font vivre ce quartier et élaborez une politique globale : les habitants, les associations et les commerçants sont à bout de souffle.

Isabelle Hardy

 

 

 



2 COMMENTAIRES SUR [Lettre ouverte] Isabelle Hardy écrit à Jean-Luc Moudenc

  1. Saury dit :

    J’ajouterai qu’il faudrait installer des toilettes publiques vers la rue de l’étoile et toutes ces rues adjacentes, où tous se soulagent sans compter le soir venu, boivent dans la rue abusivement. Les étudiants de la célèbre école d’ingénieurs ne se gênent pas et le directeur fait la sourde oreille. L’odeur est nauséabonde, le spectacle désolant. Il faudrait verbaliser. Toulouse est une ville très sale et le maire laisse faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.