Les centristes multiplient les candidatures

Embouteillage sur la quatrième circonscription

Ils sont trois (Sandra Mourgues, Alexandre Trillou et Yvette Benayoun-Nakache) candidats revendiquant l’étendard centriste. Deux sont en trop. Lesquels ? Deux d’entre eux s’expliquent dans nos colonnes.

 

 

Sandra Mourgues

La candidate investie par les partis centristes s’explique en toute franchise. Pour la «langue de bois» ne comptez pas sur elle !

Pourquoi cette candidature ?

Je souhaite être une élue de terrain, présente pour répondre aux questions du quotidien des Toulousains. Jusqu’à présent, nous avons eu affaire à des élus qui étaient uniquement là pour le pouvoir, et non pour défendre leurs concitoyens. Les Toulousains en ont marre !

Dans votre circonscription, nous nous retrouvons avec trois candidatures centristes. Mais qui est alors «le» vrai centriste de l’élection ?

Les deux autres sont des dissidents. La vraie, c’est moi ! Je suis la seule à avoir les investitures officielles venues de Paris*, hormis celle d’Alliance centriste. Je défends les valeurs du centre, et je suis sur le terrain depuis plusieurs mois, ce qui n’est pas le cas notamment d’Alexandre Trillou qui débute à peine sa campagne.

Mais que vient faire Yvette Benayoun-Nakache dans cette élection ?

Elle a souhaité être candidate à tout prix car elle n’a pas accepté le fait d’être évincée la dernière fois par Martine Martinel. Personne n’a oublié qu’elle avait été une députée socialiste… Elle ne représente qu’elle, et devrait laisser la place à la nouvelle génération ! Moi je ne suis pas une femme de gauche, mais du centre. Je sais où j’habite !

Quel point souhaitez-vous mettre en avant durant cette campagne ?

Les commerçants de la circonscription souffrent d’une baisse de chiffre d’affaires dramatique. Je pense notamment là où le tramway Garonne est en construction… Les commerçants sont en train d’y mourir, et personne ne bouge ! La Mairie et les pouvoirs publics ne bougent pas. J’ai envie de m’impliquer.

 

*Gauche moderne, Parti Radical et Nouveau centre

 

Alexandre Trillou

Jeune cadre d’«Alliance centriste», mais aussi de «Toulouse Avenir» l’association de Jean-Luc Moudenc, il revendique la légitimité de sa candidature sur cette circonscription.

Pourquoi cette candidature ?

Pour être élu au parlement et défendre notre projet, celui d’Alliance centriste. Il s’agit également de faire connaître notre mouvement et de faire le meilleur score possible. Je suis le plus jeune candidat sur cette circonscription, de quoi montrer du dynamisme et l’avenir.

Dans votre circonscription, nous nous retrouvons avec trois candidatures centristes. Mais qui est alors «le» vrai centriste de l’élection ?

D’autres candidats centristes, cela reste à démontrer ! Nous avions discuté depuis plusieurs mois avec les autres partis du centre, et étions tous d’accord pour dire que la quatrième circonscription reviendrait à Alliance centriste, et que notre candidat serait soutenu par les autres formations. Donc si le centre est divisé sur cette circonscription, ce n’est certainement pas de notre responsabilité. Entre Yvette Benayoun-Nakache qui est une ancienne socialiste, et Sandra Mourgues qui est de la Gauche moderne, je pense raisonnablement que nous sommes la candidature centriste la plus crédible.

Quel point souhaitez-vous mettre en avant durant cette campagne ?

Nous devons avoir des députés qui sachent être objectivement critiques. Nous sommes dans une période de crise, et les députés élus devront être capables de dire oui ou non quand il le faudra.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.