Le PRG met en avant ses valeurs

Le Parti Radical de Gauche avait décidé, dimanche dernier, de réunir tous les amoureux de la laïcité, à l’occasion du 107e anniversaire de cette dernière : « Nous sommes le plus vieux parti de France, et ce sont tout de même de grands noms du radicalisme qui ont historiquement œuvré à l’instauration de la laïcité.  Il était donc logique pour nous d’organiser cette commémoration. On rappelle ainsi nos valeurs et nos combats », s’enthousiasme Christophe Delahaye, président départemental du PRG. Un rendez-vous qui s’est déroulé en un lieu chargé d’histoire, le square Calas (voir encadré), et qui a permis de découvrir plusieurs textes lus par Laurent Mazuray (responsable du cercle PRG de Muret), Martine Courdon-Dequidt (vice-présidente du PRG 31) et Françoise Laborde (sénateur de Haute-Garonne.) Pour les radicaux, il s’agissait également avec ce rappel à l’Histoire de faire passer un message, celui d’une laïcité aujourd’hui en danger : « Elle est bousculée de toutes parts, et ce phénomène est largement amplifié par la crise, qui pousse le citoyen vers des valeurs refuges. Parmi elles, il y a bien entendu l’intégrisme religieux. Aujourd’hui, dans ce contexte tendu, le laïque n’est plus reconnu… » exprime un Christophe Delahaye qui n’hésite pas à responsabiliser l’UMP sur ce sujet : « Cette droitisation de l’UMP est inquiétante… très inquiétante. » Les radicaux se sont déjà donné rendez-vous pour l’année prochaine. L’élu toulousain Alexandre Marciel suggère d’ailleurs l’Espace de la Laïcité comme lieu. La date est donc cochée sur les agendas.

Thomas Simonian

 

L’affaire Calas

Cette affaire fut l’une des plus célèbres menées par Voltaire, et se déroula à Toulouse. Accusé à tort d’avoir tué son fils pour l’empêcher de se convertir au catholicisme, Jean Calas fut condamné et exécuté le 10 mars 1762. Cette terrible erreur judiciaire reste un exemple d’intolérance religieuse.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.