Le festival des vœux

Le début d’année est un passage obligé de la vie politique. Nos élus locaux ne font donc pas exception, et toutes les rédactions ont reçu un à un les messages pour envisager 2013 sous de meilleurs auspices : « Devant le durcissement de la crise qui frappe ici comme ailleurs, nous devons d’abord nous tourner vers celles et ceux qui souffrent le plus » avance avec gravité le communiqué du Président de la Région Midi-Pyrénées, Martin Malvy. Même son de cloche chez son opposant Gérard Trémège (maire de Tarbes) : « Au nom du groupe Républicains et Territoires, je formule le vœu que 2013 soit pour Midi-Pyrénées une année de résistance à la crise. » Comme si ce dernier mot, « crise », résonnait comme un leitmotiv : « Face à la crise, l’action publique du Conseil Général doit plus que jamais se fonder sur la solidarité, la proximité et l’équilibre du territoire … » renchérit Pierre Izard, président de l’institution départementale. Le maire de Toulouse, Pierre Cohen, choisit lui le mode positif : « Je crois que nous pouvons être fiers d’avoir réveillé Toulouse, de l’avoir transformée, d’avoir tracé pour elle un avenir qui a du sens, d’avoir ouvert aux Toulousains des perspectives meilleures. » Jean-Luc Moudenc, jamais éloigné de l’enjeu municipal, profite de l’occasion offerte avec ces vœux pour faire passer un message clairement politique adressé à l’ensemble des acteurs de la droite et du centre : « A neuf mois du début de la campagne municipale, l’Opposition doit faire preuve d’esprit de responsabilité et se comporter à la hauteur de ces enjeux. » Le regard de l’ancien maire était sans doute tourné vers la députée européenne Christine de Veyrac qui, elle aussi, s’amuse à lancer certains signaux en vue d’une éventuelle campagne à venir : « Demain sera le résultat de nos décisions et de nos actions. Investissons-nous encore davantage, en pensant ambition mais… ambition collective. » Les dissidents à Jean-Luc Moudenc à la mairie et à la communauté urbaine, Marie Déqué et François Chollet, confirment également que la campagne municipale semble bien dans les starting blocks : « L’année 2013 sera déterminante. Avec l’aide de tous ceux qui partagent notre conviction que Toulouse doit emprunter un autre chemin, nous allons préparer activement le changement nécessaire pour faire de Toulouse une véritable métropole européenne. » De manière plus concrète, la conseillère régionale et présidente départementale du MPF, Marie-Pierre Chaumette, s’est attachée dans ses vœux à mettre en avant des sujets pas forcément économiques : « Qu’en 2013, cesse cette insécurité qui est le lot quotidien de nos rues, de nos commerces, et que nos villes retrouvent une vraie qualité de vie ! » Au nom du mouvement de Dominique de Villepin, République Solidaire, le conseiller municipal d’opposition Roger Atsarias se souvient des maux toulousains de 2012 : « Toulouse endeuillée au printemps dernier, a vécu l’horreur du fanatisme dont furent victimes 4 personnes adultes et 3 enfants ; ayons présent à l’esprit leur martyre. » Il faut donc être lucide sur l’utilisation qui est faite de ces messages pour la nouvelle année. Nous sommes là dans de la pure communication politique avec une volonté pour certains d’appréhender la crise, et pour d’autres de mettre en lumière leur bilan ou de se positionner en vue des échéances électorales plus ou moins proches.

Thomas Simonian

Repères

La mairie de Toulouse présentera ses vœux par secteurs : Toulouse Ouest le 14 janvier 18h30 au gymnase Alban-Minville, Toulouse Sud-Est le 16 janvier 18h30 à la maison des associations, Toulouse Est le 17 janvier 18h30 au Lido, Toulouse Nord le 24 janvier 18h30 au théâtre des Mazades, Toulouse Rive-Gauche le 28 janvier 18h30 au musée des Abattoirs, Toulouse centre le 31 janvier 18h30 au musée des Augustins.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.