Le dialogue métropolitain en mode PRG

Sous l’impulsion du cercle PRG Toulouse Métropole emmené par le tandem d’élus Alexandre Marciel- Cécile Ramos, des cadres radicaux venus de tout Midi-Pyrénées se sont retrouvés au Capitole pour échanger sur le dialogue métropolitain que vient d’initier Pierre Cohen. Avec un objectif avoué : engager une nouvelle politique territoriale. Pour Alexandre Marciel, il ne s’agit pas de travailler sur « la vision d’une ville centre avec d’autres villes autour. Il s’agit davantage d’apporter une vision moderne, en analysant les intérêts partagés. » Dominique Salomon, vice-présidente de la région, et opposante de Brigitte Barèges à Montauban, a souhaité mettre en avant les atouts de sa ville : « Nous ne souhaitons pas être une terre d’appoint au bassin toulousain. Nous sommes d’ailleurs un bassin autonome, avec des enjeux qui sont les nôtres. Mais les dossiers communs sont réels comme celui de la LGV. Il y a donc nécessité à créer un dialogue constructif entre nous et Toulouse… » L’Albigeoise Marie-Claude Bascoul confirme : « Chacun doit pouvoir se retrouver avec sa propre identité. » Alors que le gouvernement s’attaque à un nouvel acte de décentralisation et à une réforme des collectivités territoriales, les radicaux toulousains sont déjà au travail pour « relooker » notre territoire.

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.