La victoire se jouera aussi sur le web ; Facebook et Twitter s’invitent dans la Présidentielle

Aziz Oulhiyane (Mouvement des Jeunes Socialistes

Les Jeunes Socialistes d’un côté, les Jeunes Populaires de l’autre… La nouvelle génération des deux partis qui s’opposent dans le cadre du deuxième tour de la présidentielle, utilise désormais sans modération la force représentée par les réseaux sociaux. Facebook et Twitter font partie intégrante de leurs actions militantes : «J’avais 17 ans en 2007, j’étais déjà branché politique et j’y avais observé l’effet Facebook. A l’époque ça se profilait, les débuts étaient très timides. C’est en 2008 avec la campagne d’Obama aux Etats-Unis que nous avons pris conscience de l’effet que pouvaient avoir les réseaux sociaux sur une campagne.» nous explique Virgile B. Torres, responsable adjoint du syndicat étudiant UNI à Toulouse, et suppléant UMP sur la 8e circonscription pour les prochaines élections législatives. «Il s’est passé beaucoup de choses sur les réseaux sociaux durant ce premier tour, mais cela n’a pas encore eu l’impact que certains prévoyaient à l’instar de la campagne d’Obama.» complète Aziz Oulhiyane, responsable de la communication des Jeunes socialistes 31. La question légitime que nous sommes en droit de nous poser avec l’explosion de ces nouveaux modes de communication est de savoir si les jeunes peuvent être manipulés. Les réseaux sociaux peuvent-ils influencés un choix ? «Influencer je ne le pense pas, mais informer plus précisément, c’est certain. Il faut aussi voir ça comme un nouveau lieu de débat qui touche plus facilement les jeunes. La politique devient peut-être moins ringarde aux yeux des jeunes avec tous ces nouveaux outils.» ajoute le jeune Socialiste âgé de 26 ans. Cet argument est partagé par son concurrent de l’UMP Virgile B. Torres : «Au niveau de mes amis je le constate, les réseaux sociaux ont une capacité de mobilisation incroyable. Pensez que ma génération passe en moyenne 3 à 4 heures sur internet par jour.» Facebook et Twitter ont donc modifié la manière de mener une campagne. Quoique… Finis les marchés et les opérations de tractage ? Etrangement, Virgile et Aziz semblent persuadés du contraire : «S’il n’y a plus de contact physique, il n’y a plus de politique.» avance le jeune représentant de l’UMP. Du côté du PS, même son de cloche : «Le web prend forcément plus de poids, mais il ne faut surtout pas délaisser le contact humain. Il faut le garder, et mener une double campagne : terrain et viruelle.» Vous l’aurez donc compris. La campagne du deuxième tour va également se jouer sur les réseaux sociaux… Mais pas que.

Thomas Simonian   

thomas.simonian@premiere-reponse.com

Virgile B.Torres (Jeunes Populaires)

Jeunes Populaires et le Mouvement des Jeunes socialistes sur la toile

Sur la page Facebook des Jeunes Populaires 31 (290 «like») la prochaine venue de Nicolas Sarkozy est annoncée fièrement, ainsi que certaines opérations de tractage.

Sur celle du Mouvement des Jeunes Socialistes de la Haute-Garonne (487 «like») mise en avant du visuel de François Hollande pour le deuxième tour.

Les deux mouvements ont un compte Twitter.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.