La stratégie du FN à Toulouse

La fille n’est pas le père. Marine n’est pas Jean-Marie. La stratégie politique du FN est aujourd’hui claire, il s’agit de prendre le plus de distance possible avec l’image du père… Comme une volonté d’adoucir le propos et de rendre accessible à tous le vote FN. A tel point que sans le dire, Marine Le Pen efface même peu à peu la marque. Depuis les dernières élections cantonales, les candidats frontistes se présentent désormais sous l’étiquette « Rassemblement Bleu Marine », et non plus seulement avec le logo formé des deux lettres emblématiques… Le résultat est payant médiatiquement puisque Marine Le Pen a commencé à attirer dans ses filets des personnalités hors Front National telles que l’avocat Gilbert Collard (désormais député) ou le journaliste Robert Ménard (candidat aux municipales à Béziers).

Toulouse, un objectif pour Marine ?

A première vue, le FN ne considère pas Toulouse et sa région comme une priorité. La terre est sociologiquement très ancrée à gauche, et le FN n’est jamais parvenu à s’y imposer. Pourtant il y a bien des prémices d’une montée à analyser. Serge Laroze, figure du parti sur le département, a réussi un gros coup aux dernières élections cantonales de 2011 sur le canton de Muret, en réalisant un premier tour canon avant de chuter face au socialiste sortant, Alain Bertrand. Lors de ce scrutin, ce ne sont pas moins de six cantons haut-garonnais qui avaient alors vu le Front National au second tour. Marine Le Pen l’a annoncé : le FN souhaite avant tout profiter de l’échéance municipale pour s’implanter dans les zones rurales… La preuve dans plusieurs communes pas si éloignées de l’agglomération toulousaine. A Pelleport, commune de 600 âmes située à proximité de Cadours, une liste « Rassemblement Bleu Marine » est déjà annoncée et va sans doute obliger le maire sortant, le socialiste Ange Pardo, à repartir alors qu’il comptait dans un premier temps « passer la main ». Un exemple parmi tant d’autres… A Toulouse intra-muros, le FN sait sans doute qu’il ne pourra pas compter sur un socle de contestataires au système « UMPS », comme cela peut être le cas dans les grandes villes du Sud-Est (Nice, Marseille …), mais il compte bien être le « faiseur de rois ». En effet, il faudra 10% des suffrages exprimés lors du premier tour pour être en situation de se maintenir au second. Une hypothèse qui est désormais à prendre au sérieux à Toulouse, puisque le dernier sondage en date (24 mai dernier, ndlr) publié par La Dépêche du Midi, annonçait le FN à 9%. Cette hypothèse ne réjouit pas l’UMP et son leader local Jean-Luc Moudenc, car elle handicaperait à coup sûr toute possibilité de ravir le Capitole à Pierre Cohen. A tel point que le challenger, lui-même édile de 2004 à 2008, accuse le sortant de favoriser la montée du parti de Marine Le Pen dans la ville rose.

Le Rassemblement Bleu Marine se prépare

Le FN 31 vient de subir quelques bouleversements récemment, et notamment lors de son assemblée générale du 7 septembre dernier, avec l’arrivée d’un tout jeune secrétaire départemental Julien Leonardelli. Cet Ariègeois pas encore trentenaire, est clairement arrivé à Toulouse pour structurer le FN sur le long terme. Il est membre du bureau national du parti et est un proche de Louis Aliot, le vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen à la ville. Ce jeune loup succède à Serge Laroze, et a déjà annoncé lors de la dernière assemblée générale l’ouverture prochaine d’un local à Toulouse. De quoi donner une visibilité au « Rassemblement Bleu Marine » à la veille de la campagne municipale.

Laroze chef de file

Si en coulisses, Julien Leonardelli affiche une volonté farouche pour bâtir un appareil solide à Toulouse (en mettant par exemple en avant le travail sur les réseaux sociaux), la tête de liste annoncée est Serge Laroze. Cet ingénieur est un habitué des joutes électorales (il a déjà été conseiller régional) et il incarne le FN haut-garonnais depuis maintenant plus de deux décennies… Sa détermination est totale : « Tous les ingrédients pour réussir sont là. A Toulouse autant qu’à Marseille… La composition de la liste est en bonne voie, j’ai quasiment les 69 noms ! Nous serons même au-delà pour éviter la surprise de certains désistements de dernière minute. » Le programme serait en cours de rédaction et le candidat Laroze nous annonce déjà ses quatre thèmes prioritaires : « Nous baisserons la fiscalité municipale, nous n’augmenterons pas la dette, nous allons nous impliquer sérieusement dans la sécurité des biens et des personnes et les aides sociales seront prioritairement données aux Français. Je ne démordrai pas de ces engagements. »

« Si nous sommes au deuxième tour, nous nous maintiendrons ! » (Serge Laroze)

La rumeur Serge Didier

Dans sa volonté de donner une image plus policée, le siège du Front National aurait évoqué la piste Serge Didier. L’avocat toulousain, baudisien historique, actuellement conseiller municipal au sein du groupe « Toulouse métropole d’Europe » aurait été approché pour donner de l’ampleur au mouvement sur Toulouse… L’hypothèse n’avait rien de farfelue puisque Serge Didier a toujours eu des relations avec Louis Aliot, et la base du Front National n’a pas forcément une image négative de lui : « Il fait partie de ces gens non sectaires » selon Serge Laroze. Si la rumeur a donc couru, le JT est en mesure de vous informer qu’il s’agit bien d’intox. L’intéressé n’a pas la volonté de rejoindre le « Rassemblement Bleu Marine », même s’il ne nie pas que Paris ait pu songer à lui.

Objectif deuxième tour

Désormais en campagne, Serge Laroze affiche son envie de deuxième tour et menace l’UMP : « Je l’annonce dès maintenant. Si nous sommes au deuxième tour, nous nous maintiendrons ! On ne fera pas de cadeaux. La direction de l’UMP n’a jamais appelé à voter pour nous. Pourquoi le ferions-nous en sens inverse ? Ils rêvent ! Nous pourrions être leur pire cauchemar. » L’avertissement est donné.

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.