La mauvaise spirale de l’UDI 31


Le 23 septembre dernier le site web du JT vous révélait une nouvelle crise au sein de l’UDI 31. Elle fait suite à un courrier signé Jean-Pierre Albouy, président départemental du Nouveau Centre, qui visait l’action du président de la famille centriste, l’avocat Jean Iglesis. Une lettre ouverte comprenant un « je suis meurtri et inquiet pour l’avenir », envoyée aux cadres du parti, et qui ne cachait qu’à moitié une critique suite à la nomination de Laurence Massat Guiraud-Chaumeil en qualité de déléguée départementale : « C’est une minorité du Parti Radical qui tient l’UDI, puisque les troupes sont plutôt proches de Jean-Jacques Bolzan (rallié à Jean-Luc Moudenc, ndlr) » nous expliquait en « off » un homme de l’appareil. La réaction du président de l’UDI 31 ne s’est pas fait attendre, et Jean Iglesis a dans un premier temps envoyé une lettre de pétition contre Jean-Pierre Albouy… Une initiative qu’il a pourtant vite stoppée : « Ces attaques n’appellent finalement pas de réponse. Je n’entends pas répliquer, j’ai d’autres choses à faire et je ne souhaite pas entrer dans les polémiques. Jean-Pierre Albouy m’attaque alors que la nomination de Laurence Massat a été décidée à Paris… » nous a confié le président centriste. Ce nouveau séisme local au sein de la famille centriste (il fait suite à l’élection à la présidence qui a opposé Jean Iglesis à Philippe Lasterle, et à la récente demande de sanctions auprès de Paris à l’encontre du dernier cité mais aussi de Jean-Jacques Bolzan) pose l’équilibre entre les forces politiques qui composent l’UDI, mais aussi le soutien des cadres à la campagne de Christine de Veyrac. Laurence Massat aurait rencontré en secret (qui n’en est plus un) Jean-Luc Moudenc… Elle pourrait être sur sa liste. Une condition était sur la table selon certaines indiscrétions : Qu’elle soit officialisée au poste de déléguée départementale. Si tel était le cas, cela signifierait sans doute que l’investiture UDI, aujourd’hui donnée à Christine de Veyrac, pourrait passer dans le camp Moudenc… Les guerres intestines camouflent les enjeux de la campagne municipale.

TS



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.