La gestion des parkings toulousains en question

IMG_0142-1
Jean-Michel Lattes et Pierre Trautmann

C’est au 9ème étage de l’immeuble de Toulouse Métropole, derrière la médiathèque José Cabanis, que la presse a été conviée à une conférence, ce jeudi 29 janvier après-midi. En perspective, la question des parkings toulousains.

Par Myriam Balavoine

Alors que la municipalité de Jean-Luc Moudenc démarre l’année 2015, c’est sur le sujet des parkings et plus largement des modes de transports en ville qu’elle a décidé de se pencher. Pierre Trautmann, conseiller métropolitain et adjoint au maire en charge des contrats de délégation des services publics et Jean-Michel Lattes, vice-président de Toulouse Métropole en charge des transports et déplacements ont présenté leur projet. En vue des fins d’échéances proches, entre 2016 et 2019, des concessions de certains parkings, la ville lance une procédure de délégation de service public quant à leur exploitation. Pour Jean-Michel Lattes, il s’agit d’une « stratégie mise en place à Toulouse, dont l’enjeu est de rester dans une logique de compensation ». Comprenez que, malgré l’objectif de réduction du nombre de véhicules en centre-ville, la voiture n’en sera tout de même pas bannie, chaque moyen de transport ayant son avantage et son importance.

Rénovation, agrandissement, construction

Ce nouveau plan concerne les parkings existants des Carmes, Marengo, Saint-Etienne, Jean-Jaurès pour lequel une extension de 400 places supplémentaires est prévue, et Victor Hugo, bientôt rénové, mais aussi la construction des parkings de l’éco-quartier de la Cartoucherie. Privilégiant une délégation unique, qui sera désignée en fin d’année, afin d’avoir « les meilleures conditions possibles pour l’avenir », Pierre Trautmann insiste sur le fait que « la métropole gardera le pouvoir de décision ». Cette première étape veille à « répondre aux besoins actuels des toulousains, tout en anticipant certains projets » comme le plan Busquets. Il s’agit pour les élus « d’intégrer tous les modes de transport mais à les repenser ».

Si tous les aspects de la procédure commune de délégation de service public ne sont pas encore définis, nous savons tout de même que le lauréat obtiendra l’exploitation des cinq parkings pour 20 ans, et 35 ans concernant la possible construction d’un autre parking en haut des allées Jean Jaurès au lieu d’une extension de ce dernier. Le futur exploitant devra une redevance à la collectivité. Une façon de trouver des financements à la possible troisième ligne de métro promise par Jean-Luc Moudenc, ces cinq parkings représentant à eux-seuls 52% du chiffre d’affaire sur la totalité des quatorze parkings du centre-ville. Jean-Michel Lattes, également président de Tisséo, estime aussi devoir « reprendre de manière sérieuse et dynamique la gestion des parkings du service ». Mauvaise nouvelle pour les étudiants qui ne pourront plus laisser leur voiture toute la semaine aux extrémités du métro, pourtant privilégiant ainsi les transports en commun.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.