La Droite populaire débarque à Toulouse

Brigitte Barèges l’incarne sur Montauban et Bernard Carayon sur Lavaur, mais personne ne la représentait encore sur Toulouse. Antoine Laviale, par ailleurs responsable local du syndicat étudiant UNI (Union nationale interuniversitaire), a décidé d’y remédier en lançant la coordination régionale des jeunes de la Droite populaire : «C’est un mouvement politique interne à l’UMP, un courant né en 2010 suite à la catastrophe des élections régionales. Nous souhaitions alors que l’UMP revienne sur ses fondamentaux de 2007. Elle s’était égarée et avait oublié certaines valeurs dont celles de la République et de la laïcité. Les questions d’immigration et de sécurité ont été reléguées au second plan. Or Nicolas Sarkozy avait d’abord été élu sur ces thématiques.» L’actualité pour la Droite populaire, c’est le prochain congrès de l’UMP qui aura lieu le 18 novembre prochain, puisque le courant de Lionnel Luca et Thierry Mariani y présentera une motion : «Tout le monde parle de la présidence et du duel Copé-Fillon, mais le plus important, ce sont les motions, car elles vont donner l’orientation idéologique souhaitée par les militants.» A la droite de l’UMP, Antoine Laviale le sait, il n’est plus seul car «La Droite forte» de Guillaume Peltier s’est elle aussi rapidement imposée dans le paysage politique : «Ils ne font pas de la politique, ils font de la com’ ! La différence, c’est que nous avons un vrai fondement idéologique et philosophique qu’ils n’ont pas.» Copé-Fillon, c’est la guerre des chefs, mais vous l’aurez compris, La Droite populaire et La Droite forte, c’est là la guerre des motions.

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.