La droite et le centre se réunissent pour soutenir Sarko ; Jean-Luc Moudenc bat le rappel

C’est une conférence de presse attendue qui s’est déroulée le 25 avril dernier dans un salon d’un haut lieu de la place du capitole. A l’occasion du second tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Moudenc, président départemental de l’UMP 31 avait réussi à réunir tous les partis qui soutiennent Nicolas Sarkozy pour le second tour de l’élection présidentielle : «Nous pensons que notre pays est à la veille d’un choix important.» Le Nouveau Centre, le Parti Radical, le MPF, la Gauche moderne, le Club «Nouveau siècle», le Parti Chrétien démocrate et Alliance Centriste étaient tous là avec deux objectifs : la victoire du président sortant et la promotion de sa venue ce dimanche après-midi au Parc des expositions. Nous aurons tout de même noté beaucoup de franchise de la part des représentants de ces partis, qui n’ont pas hésité à émettre des bémols sur ce soutien : «Pour le premier tour, nous n’avions pas donné de consigne de vote. Pour le deuxième, il est logique de s’opposer à la gauche. Mais nous ne signons pas de chèque en blanc. Nous avons notamment été déçus par l’ouverture à gauche faite par le président sortant durant ce quinquennat.» annonce Marie-Pierre Chaumette, présidente départementale du Mouvement Pour la France. Jean-Luc Moudenc profita de cette intervention pour souligner la diversité d’expression qu’il avait autour de lui : «C’est ce rassemblement que nous incarnons aujourd’hui qui va déjouer tous les pronostics. Il faut dépasser les déceptions et construire dans l’intérêt général de la France.» Pour Sandra Mourgues, représentante locale de La Gauche moderne, «le PS est un parti qui n’a pas su se moderniser. Faisons donc confiance à Nicolas Sarkozy qui a la volonté de réformer le pays. C’est le seul homme politique qui a les épaules assez larges pour traverser la crise actuelle.» Ce point presse s’annonçait sous les meilleurs auspices pour cette famille réunie le temps de quelques minutes, jusqu’aux questions posées sur le Front National. Au niveau national (nous venons d’assister au recadrage de Claude Guéant par Nicolas Sarkozy lui-même sur le sujet) comme au niveau local, la droite va bien avoir dû mal à se sortir du piège tendu par Marine Le Pen. Car derrière la Présidentielle, les législatives pourraient de nouveau mettre en scène la fille de son père. Et obliger des élus UMP à «franchir le Rubicon»… pour sauver leurs sièges de députés. Et en Haute-Garonne, comme cela a déjà été le cas lors des dernières cantonales, à placer des candidats Front National seuls face au PS. Vous pouvez en être sûrs… Nicolas Sarkozy s’adressera aux électeurs de la vague «Bleu Marine» dimanche à Toulouse.

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.