Julien Léonardelli (FN) « Nous nous maintiendrons au second tour ! »

Il est jeune, pas encore trentenaire, et plutôt proche d’un certain Louis Aliot, vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen. Sa mission : Structurer l’appareil FN en Haute-Garonne pour les conquêtes futures. Un service commandé par le national en vue notamment des prochaines européennes, échéance prisée par le « Rassemblement Bleu Marine »… Julien Léonardelli, tout nouveau secrétaire départemental du FN, profite de cette interview pour mettre la pression sur Jean-Luc Moudenc, « s’il veut discuter avec nous, il n’y a aucun problème. » Car pour la première fois, le FN est au centre de l’élection municipale toulousaine et vise le second tour avec sa tête de liste Serge Laroze.

Quelles sont aujourd’hui les villes pour lesquelles vous avez la certitude que le Front National sera présent au premier tour des prochaines municipales ?

Toulouse et Tournefeuille pour lesquelles nous avons des listes complètes mais pas fermées. Des listes sont quasiment bouclées sur Saint-Gaudens, Martres-Tolosane, Fonsorbes, Blagnac, Bouloc et Grenade. Quant à Muret et Colomiers, nous mettons tout en œuvre pour être en capacité de nous présenter ; un porte-à-porte est en cours pour nous permettre de rencontrer un maximum de personnes dans cette perspective. Rappelez-vous qu’en 2008, le FN n’avait présenté aucune liste dans tout le département. Nous ne pouvons donc que constater la montée en puissance de notre mouvement…

L’UMP toulousaine craint votre présence au deuxième tour…

Jean-Luc Moudenc met en garde les électeurs toulousains face au vote FN, mais je ne suis pas surpris de cette méthode qui est habituelle à l’UMP. Il reprend à son compte une stratégie nationale, qui d’ailleurs ne fonctionne plus. Je voudrais rappeler à Mr Moudenc, qu’en 2008 le FN n’était pas présent à l’élection municipale et cela n’a pourtant pas empêché Pierre Cohen de l’emporter.

Pourtant le dernier sondage démontre bien qu’en cas de triangulaire, Pierre Cohen verrait son écart grandir avec son opposant ?

Il ne s’agit que de sondages… Mais une chose est certaine : Nous nous maintiendrons au second tour ! A Toulouse et ailleurs. De toute façon Cohen et Moudenc, c’est bonnet blanc, blanc bonnet. Courant janvier, nous présenterons un projet pour la ville et l’agglomération aux électeurs, et vous verrez que sur certains points nous serons d’accord soit avec Pierre Cohen soit avec Jean-Luc Moudenc. Nous sommes ouverts et si éloignés de ce système UMPS. Nous incarnons la troisième voie pour le Capitole, et l’objectif est d’obtenir un maximum d’élus.

« On ne se mettra pas à genoux devant Mr Moudenc »

Mais pas de gagner donc ?

Nous sommes lucides, et nous savons que nous partons de zéro. Mais nous ne ferons aucun cadeau, et le FN a toute sa place au sein du conseil municipal de Toulouse. Il faut qu’une autre voix se fasse entendre au sein de cette assemblée, et on ne se mettra pas à genoux devant Mr Moudenc pour éviter que Pierre Cohen passe !

Vous ne plierez donc pas à la pression exercée par l’UMP à votre égard ?

C’est plus que clair. Mais si Mr Moudenc veut discuter avec nous, il n’y a aucun problème. On se met autour de la table et on fait une fusion de listes… S’il veut remporter l’élection avec la force du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, nous n’y voyons aucun inconvénient. Mais je pense que Jean-Luc Moudenc n’aura pas le courage de le faire ; il a sans doute peur de se faire taper sur les doigts par ses hauts-dirigeants. Ses chefs. Encore faudrait-il que l’UMP ait vraiment un chef !

La balle est donc chez Jean-Luc Moudenc ?

Complètement, mais cela reste aux Toulousains de choisir qui sera au Capitole pour les représenter. Pas aux appareils politiques.

Serez-vous vous-même sur la liste de Serge Laroze ?

Je ne peux pas vous le dire pour l’instant.

La Haute-Garonne n’a jamais vraiment été une terre favorable à vos couleurs. Les choses changeront-elles en mars prochain ?

Nous sommes clairement dans un bastion du radical-socialisme, mais cela est en train d’évoluer sans que les élites locales ne s’en rendent compte. D’ailleurs, il y a un vrai dynamisme qui est en train de se créer dans notre fédération… Dans le Comminges, le Frontonnais, le Lauragais et même à Toulouse intramuros, le nombre de nos militants ne cesse de progresser. Cette dynamique touche tous les milieux sociaux et tous les âges. La politique nationale nous aide car il y a beaucoup de nos concitoyens qui sont déçus d’avoir voté Hollande en 2012, et qui regrettent de ne pas avoir soutenu Marine Le Pen. Ceux-là se réservent donc une revanche.

Il semblerait que vous auriez pris localement vos distances avec certains cadres de votre fédération supposés être proches de groupuscules d’extrême-droite tels que l’Œuvre française…

En effet toutes ces personnes ont été écartées de notre mouvement.

C’est une volonté assumée ?

Quand on ne porte pas les mêmes valeurs que nous, on n’a rien à faire au Front National, c’est très clair. Que toutes ces personnes le comprennent bien ! Le Front National n’a rien à voir, ni de près ni de loin avec ces groupuscules-là. Nous n’avons aucune sympathie pour eux.

A Saint-Alban votre tête de liste, Nadia Portheault, a quitté votre parti en pointant du doigt certains agissements en interne. Depuis l’affaire est portée devant les tribunaux, et tout le monde porte plainte contre tout le monde. Que s’est-il vraiment passé ?

Nous portons plainte pour diffamation contre le couple Portheault car nous condamnons leurs propos. Ils n’ont pas été tenus au sein de notre fédération. Qu’ils nous apportent la preuve qu’ils ont été tenus, et par qui. C’est maintenant à la justice de faire son travail et s’il s’avérait que l’un de nos membres ait dérapé, il serait automatiquement exclu de notre mouvement. Nous serions alors intransigeants.

Propos recueillis par Thomas Simonian

 

 



2 COMMENTAIRES SUR Julien Léonardelli (FN) « Nous nous maintiendrons au second tour ! »

  1. gleizes dit :

    La bête immonde a un doux visage, mais les déclarations d’intention ne trompent que ceux qui veulent bien y croire et ne connaissent pas l’Histoire. Une figure de plus symbole de la dé-diabolisation de l’organisation d’extrême droite qui n’aime plus qu’on la qualifie ainsi. Nous pouvons pardonner les erreurs de jeunesse à condition qu’elle ne dure pas…..Julien fais demi tour!

    • hobraiche dit :

      tu portes bien ton nom:”gleizes”,comme tu dois te plaire dans ta boue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.