Jocelyne Vidal : «Il faut savoir faire don de soi»

Une chef d’entreprise relève le défi

Pour affronter le tempérament de Monique Iborra, il fallait un autre tempérament… Et l’UMP a fait le choix de Jocelyne Vidal. Un bout de femme au caractère bien «trempé», qui a déjà fait ses preuves comme adjointe aux affaires sociales et à l’emploi du côté de Saint-Lys. Dans le privé, cette chef d’entreprise sait mener ses équipes à la réussite, et c’est avec la même fougue, la même envie, qu’elle souhaite franchir un palier dans sa carrière politique : «J’ai toujours été très impliqué tant au niveau associatif que politique sur ma commune, c’est mon tempérament. Et là, maintenant, je suis à un moment de ma vie où je me dis que j’ai encore plein d’idées, plein de choses à faire, à dire, et pourquoi pas aller encore plus loin ? J’ai cette force en moi. C’est le moment !» Si Jocelyne Vidal ne souhaite pas trop parler de sa concurrente principale, on ressent tout de même au travers de certains de ses propos une critique à peine voilée envers la désormais ex vice-présidente de la région : «Un député est avant tout le porte-parole de sa circonscription. Beaucoup d’entre eux l’ont oublié… Ils font de la politique politicienne et ne pense leurs électeurs.» Dans cette période de trouble pour l’UMP, logique après une défaite à la Présidentielle, les courants se font forcément plus visibles, et celui de la candidate sur cette sixième circonscription est clair : «Je me sens plutôt dans la branche sociale et humaniste de mon parti. Pour faire de la politique, il faut avant tout aimer les gens. Il faut savoir faire don de soi. Ne pas attendre de retours, de «merci»…» Dans une circonscription déjà ancrée à gauche, où trois candidats sont fortement médiatisés (Monique Iborra, Alain Refalo et Rémi Vincent), Jocelyne Vidal a du mal à comprendre la candidature centriste incarnée par Grigori Michel. Elle en appelle même à la responsabilité : «Je ne comprends pas pourquoi Grigori Michel a été investi dans la mesure où son parti, le Nouveau Centre, a appelé à voter Nicolas Sarkozy pour la présidentielle. Mais je pense que nous avons cet objectif commun de renouveau sur cette circonscription.» La représentante de l’UMP espère que le ralliement du jeune centriste au second tour sera sans équivoque : «Je lui ai déjà demandé… Il prendra sa décision uniquement après les résultats du premier tour.» C’est donc sans trop se poser de questions que Jocelyne Vidal va mener sa campagne. Dans l’enthousiasme.

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.