Jean-Pierre Plancade veut faire de Toulouse « un phare économique du sud »

Jeudi dernier, le candidat sans étiquette Jean-Pierre Plancade a présenté son programme pour l’emploi et le développement économique.

 

Après avoir annoncé ses grandes mesures en matière de transports, dont le très commenté Skytran,  Jean-Pierre Plancade s’attaque à « la préoccupation n°1 » de la population : l’emploi. Toulouse est réputée pour son dynamisme économique lié au secteur aérospatial, mais le candidat réfléchit à des pistes de « diversification », comme « la création d’un gérontopole ». Le projet s’appuierait sur un vivier déjà fort : « Nous avons le meilleur professeur au monde dans la lutte contre le vieillissement cellulaire, il nous faut un lieu qui regroupe les chercheurs, les informaticiens et l’industrie agro-alimentaire car chacun sait que ce que nous mangeons a un effet important sur l’évolution du corps », détaille-t-il. Parmi les autres propositions, le candidat prévoit une maison de l’économie et de l’emploi avec l’ensemble des acteurs économiques de la ville, la création de locaux commerciaux à loyer modéré « pour aider les jeunes à s’installer », l’abaissement de la contribution financière des entreprises (CFE), « qui a été multipliée par 8 pour certains chefs d’entreprise », et plus généralement créer un environnement qui attire les industriels.

« Je prépare le 22e siècle »

Pour Jean-Pierre Plancade Toulouse doit devenir « un phare économique dans le sud » en s’intégrant dans « un réseau de métropoles avec Montpellier, Marseille, Perpignan et Barcelone ». Le rayonnement de la ville rose passera également, selon lui, par plusieurs facteurs : « Si une ville n’est pas sécurisée, si elle n’est pas propre, si les transports ne sont pas efficaces, un industriel ne s’y installera pas », estime le candidat. Et pour compléter le tableau d’une ville attractive, il propose la construction d’un centre des Congrès « le plus proche possible du centre-ville », pouvant contenir 5000 places. L’équipe de Jean-Pierre Plancade se montre sceptique quant au projet du parc des expositions à Aussonne, « au bout du bout de l’agglomération », mais ne le remettrait pas en cause en cas d’élection. Son projet viendrait compléter cet équipement afin d’accueillir les grandes conventions professionnelles et autres types de congrès, alors que le parc des expositions seraient réservés aux foires et salons.  Récemment attaqué pour son projet futuriste Skytran, Jean-Pierre Plancade se défend : « Les deux principaux candidats sont des gens du passé, c’est dramatique. Jean-Luc Moudenc avec sa deuxième rocade, Pierre Cohen et le Tram… » Lui, voit loin, très loin : « Ils sont dans la pensée du 20e siècle et moi je prépare déjà le 22e ».

 

Coralie Bombail



3 COMMENTAIRES SUR Jean-Pierre Plancade veut faire de Toulouse « un phare économique du sud »

  1. Uri Eisenbarh dit :

    et à part se prendre pour le messie, ce monsieur à t il un projet pour notre ville ?

  2. AllisterToulouse dit :

    Ma curiosité n’a pas été satisfaite. On annonce une “vision du XXIIe”, mais rien de concret. Quelle déception !
    Encore une posture politique, une de plus….

    Par contre, je partage l’idée d’un intérêt d’un palais des congrès de grande taille dans la ville, et non dans la pampa. L’exemple de Lyon est à ce titre intéressant (Cité Internationale).

  3. Portieri dit :

    Merci, Monsieur le Sénateur,

    Les autres font des métros pour ceux qui rentrent tard
    Vous, vous faites des métros pour ceux qui partent tôt.

    BRAVO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.