Jean-Pierre Morgades et son équipe entrent en piste

Pierre Buchmann, Jean-Pierre Morgades et Pierre Nectoux s’organisent pour préparer la campagne.

C’était une rumeur qui courait à Tournefeuille. Jean-Pierre Morgades, un ancien directeur opérationnel de la SNPE aujourd’hui jeune retraité, a choisi votre hebdomadaire pour officialiser sa candidature aux prochaines municipales. Ne se reconnaissant ni dans la politique du maire Claude Raynal, ni dans celle de ses opposants, il a choisi une autre voie, celle de l’indépendance politique. C’est en équipe, avec les futurs colistiers Pierre Buchmann et Pierre Nectoux, qu’il a répondu à nos questions, tout en spécifiant que la crédibilité de son projet vient aussi du fait que dans cette liste baptisée « Tournefeuille Autrement », beaucoup « ont des expériences de gestion ».

Une liste se définit le plus souvent par une couleur politique. Quelle est la vôtre ?

Jean-Pierre Morgades : Nous ne souhaitons pas nous définir par des étiquettes politiques, et justement, nous voulons nous en détacher totalement. Notre liste ne sera pas soutenue par un quelconque parti et ne cherche surtout pas à l’être… Nous demandons d’ailleurs à ceux qui nous rejoignent, de ne pas afficher leur sensibilité quand ils en ont une. Ils peuvent être adhérents d’un parti, mais ils ne le mettront pas en avant.

Pourquoi cet engagement pour les prochaines municipales ? Pourquoi cette liste ?

JPM : Il est évident que nous ne nous reconnaissons pas dans l’action de la majorité actuelle.

Pour quelles raisons ?

JPM : La première est que les promesses faites par Claude Raynal lors des précédentes campagnes municipales n’ont jamais été tenues. Un exemple concret : La promesse d’un Tournefeuille avec l’esprit village. Un mensonge quand on prend l’option de construire de manière démesurée et insensée… Cela ne veut pas pour autant dire qu’il ne faut pas que Tournefeuille évolue, mais il n’y a absolument plus l’envie de préserver l’esprit village.

Pierre Buchmann : Dans la profession de foi de Claude Raynal en 2008, nous ne retrouvons pas le mot « densification ». Malheureusement aujourd’hui, il fait feu de tout bois dans ce domaine-là. Il paraît être le premier pourvoyeur des agences immobilières et des promoteurs… Il densifie à outrance Tournefeuille. Nous pensons qu’il trahit les Tournefeuillais.

Sur Claude Raynal : « Nous pensons qu’il trahit les Tournefeuillais »

Parlons du dossier du moment pour votre ville, le BHNS (Bus à Haut Niveau de Service)…

JPM : Le BHNS est ce qu’il reste du projet de tramway à Tournefeuille, qui lui-même venait après celui du métro. Nous en sommes donc aujourd’hui au plan C. C’est un projet fou qui ne répond pas aux besoins des habitants de cette ville. Il ne dessert d’ailleurs pas nos pôles d’emplois avec d’un côté Basso-Cambo et de l’autre Airbus. On a préféré proposer aux Tournefeuillais de rejoindre Matabiau. Où est donc notre intérêt dans ce projet ?

La sécurité fait-elle débat à Tournefeuille ?

PB : Le maire a mis le couvercle sur la marmite. Dans cette ville, il faut passer sous silence la majorité des faits.

Pierre Nectoux : C’est comme s’il y avait la volonté d’enregistrer le minimum de faits de délinquance. Je l’ai vécu à titre personnel, on vous dissuade de déposer des plaintes ou des mains courantes.

JPM : On sait qui dégrade, mais on ne fait rien.

La mairie a beaucoup investi sur la culture. Quel est votre sentiment ?

JPM : Nous sommes pourvus ! (rires) Il y a eu de nombreux investissements, nous sommes bien habillés en la matière… Mais fallait-il être si bien habillés ? Cela fait partie des choses, avec les constructions des salles du « Phare » et de l’ « Escale », sur lesquelles nous ne pourrons pas revenir. On ne peut pas attendre une rentabilité de la culture, mais on peut tout de même être pragmatiques et ainsi favoriser les retombées locales. Aujourd’hui nous sommes dans du prestige mais sans retombées économiques pour la ville. D’ailleurs il est intéressant de noter que la première adjointe de la ville est en charge de la culture. Si nous sommes élus, ce ne sera pas le cas.

Vous ne vous reconnaissez pas non plus dans l’opposition actuellement en place face à Claude Raynal ?

JPM : Elle est éclatée, absente et molle. Elle va même parfois dans le sens du maire, ce qui est beaucoup plus gênant de notre point de vue.

PB : Patrick Beissel (actuellement élu municipal, ndlr) me paraît mûr pour entrer dans l’équipe Raynal. Il a rarement voté contre les délibérations proposées par la majorité.

Propos recueillis par Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.