Jean-Marie Belin : « Sarkozy a le soutien des militants UMP, mais pas celui de la rue »

Jean-Marie Belin

Courant. Cet ancien cadre de l’UDI en Haute-Garonne, a récemment pris les rênes locales du courant filloniste « Force Républicaine. » Ses ambitions sont affichées, défendre une autre musique au sein de l’UMP en vue des futures primaires, et se préparer également pour les élections régionales … Une échéance qui semble l’intéresser : « Il faut une vision pour ce nouveau territoire. » Celui qui fut également le numéro 4 de la liste UMP aux dernières européennes se positionne pour Jennifer Courtois-Périssé à la tête du département.

 

Pourquoi être passé de l’UDI à Force Républicaine ?

Vous savez, avant d’être membre de l’UDI et d’Alliance Centriste, j’ai été un proche de Raymond Barre. Or, aujourd’hui, dans la situation de crise que connaît notre pays, il faut un homme de ce profil avec une grande compétence économique, une vision moderne et le sens des responsabilités. François Fillon répond à ces critères … Me rapprocher de lui s’imposait, et depuis je l’aide à structurer un réseau autour de son projet.

L’UDI c’est donc de l’histoire ancienne ?

Je n’ai aucun regret mais je suis passé à autre chose. Les centristes toulousains ont tout simplement raté le film de la dernière campagne municipale. Ils se sont trompés de salle … Ils ont visionné un film en noir et blanc, alors que la campagne de Jean-Luc Moudenc était en couleur. Ils sont toujours prisonniers de leurs querelles intestines, grand bien leur fasse.

Mais est-il facile de lancer un tel mouvement à un moment où le citoyen n’a jamais autant douté de sa classe politique ?

Je reconnais que le pari est de taille, mais nous avons fait le choix de nous adresser au citoyen de manière responsable. Il faut être juste et pédagogue … Ne plus mentir face à une telle situation. Depuis plus de trente ans les politiques de ce pays tentent de cacher les choses et de ne pas dire la vérité. Qui a eu le courage un jour de dire « je suis à la tête d’un État en faillite » ? Fillon l’a dit. Les Français sont désormais suffisamment mûrs et adultes pour affronter un langage de vérité. Ils ont compris l’urgence.

“Les Français sont désormais suffisamment mûrs”

Force Républicaine c’est un premier pas vers les présidentielles, non ?

Mais attendez François Fillon n’a jamais caché ses ambitions, contrairement à certains. On est donc clairement là pour préparer la primaire à venir, pour désigner le candidat de la droite et du centre aux présidentielles. Encore faudra-t-il que cette primaire soit ouverte … Et honnête.

Et si Alain Juppé va au bout de sa démarche ?

François Fillon et Alain Juppé ne se feront pas la guerre … Les choses seraient même déjà actées entre eux. Ils vont inventer le « Juppillon » (rires). La raison l’emportera toujours entre ces deux hommes.

Que pensez-vous du retour de Sarkozy ?

Il a indéniablement le soutien des militants UMP, mais pas celui des gens de la rue. Dans la population, il n’y a certainement pas d’adhésion envers Nicolas Sarkozy.

N’est-ce pas difficile de faire entendre une autre musique à l’UMP 31, une fédération que l’on sait très sarkozyste ?

Ce que je remarque c’est qu’il n’y a pas forcément de cohérence entre le discours d’en haut, et sa mise en forme à Toulouse. À Paris, Sarkozy dit qu’il faut savoir travailler avec tout le monde, mais ici on n’entend pas forcément ça. L’ancien président de la République a une logique de rassemblement en voulant mettre tout le monde au travail. Toutes les ambitions de 2017 doivent être autour de la même table pour enfin offrir une opposition crédible et audible. J’attends donc que cette logique d’ouverture descende à Toulouse, et qu’on nous invite plus souvent autour de la table. Mais tout n’est pas négatif, et grâce à Jean-Luc Moudenc et Laurence Arribagé, Force Républicaine a pu notamment organiser des réunions au siège toulousain de l’UMP.

Votre courant sera-t-il présent dans le cadre des prochaines élections départementales ?

L’UMP a, en effet, investi deux femmes issues de nos rangs : Martine Rieu-Griffe (canton de Saint-Gaudens) et Anne Escales (canton de Luchon).

Une page va-t-elle se tourner à l’occasion de cette échéance électorale ?

Nous sommes clairement à un tournant historique de l’histoire politique de la Haute-Garonne, mais c’est tout de même dommage qu’il ait lieu au moment où ces élections devraient marquer le recul de la puissance départementale au profit des réalités métropolitaines et régionales. Ceci étant dit, ça serait tout de même chouette d’avoir une femme à la tête de cette institution, non ?

Vous pensez à qui ?

À Jennifer Courtois-Périssé (conseillère générale, maire de Rieumes, ndlr) que j’ai trouvée très active et très ouverte pour me soutenir lors de la dernière campagne européenne. Elle est jeune et très talentueuse, c’est indéniablement un atout de taille pour battre les dinosaures socialistes …

Vous seriez parlementaire, voteriez-vous la loi Macron ?

Elle pourrait être une bonne loi si certains amendements viennent la compléter. Si c’est le cas, il faut la voter à mon avis sans sectarisme. L’intérêt général doit toujours primer.

 

 

CV Express

Il est né le 28/09/49 à Kehl (Allemagne). Journaliste de profession, il fut notamment le directeur du développement européen de France Télévisions.

Fonctions : Responsable départemental de Force Républicaine, personnalité associée au sein du Conseil économique social et environnemental, membre du CESER Midi-Pyrénées.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.