Jean-Louis Borloo: « Si c’est pas du leadership ça ! »

De gauche à droite: Philippe Folliot, Jean-Louis Borloo, Christine de Veyrac, Jean Iglesis

« Si c’est pas du leadership ça ! » : Voici la phrase lâchée hier par Jean-Louis Borloo, le patron de l’UDI (union des démocrates indépendants), à l’adresse de la presse toulousaine et en désignant la députée européenne Christine de Veyrac. Lors de la conférence de presse du leader centriste la température est donc montée de quelques degrés dans la course au Capitole.

Sa venue dans la ville rose n’était d’ailleurs pas un hasard et l’objectif était clairement de dévoiler les ambitions de son parti, « je rêve d’un Maire UDI à Toulouse. » Il n’a pas non plus hésité à attaquer Pierre Cohen : « Quand j’étais ministre, je n’ai jamais été contacté par lui. Incroyable non ? », tout en citant en revanche les réussites lyonnaises et bordelaises. Dans la foulée de sa rencontre avec les médias, Jean-Louis Borloo est allé ensuite porter son message lors d’une réunion publique : « Toulouse c’est en réalité 37 ans d’UDI » a-t-il scandé faisant référence à l’ère Baudis. Dans la continuité de sa conférence de presse, il a clairement adoubé Christine de Veyrac comme chef de file en lui adressant un « va au bout ! ». Jean-Louis Borloo a par ailleurs indiqué que les discussions avec l’UMP vont donc pouvoir se faire (« nos alliances sont claires ») mais que l’UDI ne jouera pas pour autant les « matamores». Moudenc-De Veyrac… Le poker menteur continue donc. Mais hier la venue de Borloo a clairement donné un autre ton à ce combat interne à la droite et au centre.

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.