Jean-Jacques Bolzan décline son programme

«Mon parti c’est la circonscription»
Il a décidé de se lancer dans une aventure périlleuse, difficile… Mais il aime ça le secrétaire départemental du Parti Radical. Jean-Jacques Bolzan est parti depuis de longues semaines à la conquête de la première circonscription face à la sortante socialiste Catherine Lemorton («Elle soutient le programme économique de Hollande qui ne tient pas la route»), et face à l’avocat toulousain Sacha Briand qui représente l’UMP, et dont il déclare «Je ne sais ce qu’il propose, et vous ? Je ne le croise que très rarement pendant cette campagne. Pour faire de la politique, il faut aimer les gens chez eux, sur le terrain, pas derrière un écran.»

Même tonalité pour attaquer le Front de Gauche et son candidat, l’adjoint du maire de Toulouse, Pierre Lacaze : «Voilà un élu qui n’a rien fait durant quatre ans.» Afin d’illustrer qu’il ne fait pas campagne pour «faire un tour de piste», le centriste a décidé de décliner son programme en thématiques qui seront présentées à la presse chaque semaine. Premiers sujets abordés : L’économie et l’emploi. Jean-Jacques Bolzan se dit dans une circonscription riche économiquement «qui comprend un pôle aéronautique que tout le monde nous envie, mais aussi des PME, TPE, artisans et commerçants qu’il va falloir soutenir. Si je suis élu député, je travaillerai à la possibilité pour les artisans d’avoir un véritable accès aux marchés publics, aujourd’hui presque exclusivement réservés aux grands groupes.» Concernant l’emploi, et celui des jeunes en particulier, l’ancien élu de la mairie de Toulouse préconise la promotion de l’apprentissage, lui qui vient de visiter un CFA sur la circonscription : «L’Orientation est une problématique majeure dans notre système éducatif.

Arrêtons de laisser des jeunes en difficulté dans le cursus traditionnel.» Il est temps maintenant pour Jean-Jacques Bolzan, lui qui travaille pour un laboratoire pharmaceutique bien connu et qui a pris un mois de congés, de reprendre sa campagne : «Je suis le représentant du Viagra dans la région, j’espère donc que mes résultats électoraux vont remonter ! (rires)»
Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.