Jean Iglesis répond à Philippe Lasterle

Philippe Lasterle, ex candidat à la présidence de l’UDI 31, a lancé le 24 juin dernier, un appel au rassemblement avec l’UMP sur le site web du JT : « Le risque de triangulaire avec le FN à droite, et le désir d’autonomie des écologistes à gauche, sont deux faits politiques majeurs qui obligent l’UDI à revoir sa stratégie pour les municipales. Nous devons engager le dialogue dès maintenant, il est urgent de ne plus attendre ! Chaque jour qui passe est un jour de perdu pour l’UDI… » Le président de l’UDI 31, Jean Iglesis, a tenu à réagir à ses propos : « Si l’UDI s’est créée il y a quelques mois, c’est parce que les humanistes, les libéraux et les chrétiens-démocrates ne se retrouvent plus dans les messages contradictoires délivrés par l’UMP. Ce n’est certainement pas à quelques mois des échéances électorales à venir que l’UDI va transiger avec ses valeurs sous couvert de manœuvres purement politiciennes qui ont pour but de renvoyer l’UDI à une simple force d’appoint. Vous vous êtes faits l’écho de propos assez étranges de Mr. Philippe Lasterle qui enjoint l’UDI de rejoindre de toute urgence à Toulouse la liste UMP conduite par Jean-Luc Moudenc au mépris de la ligne politique définie par Jean-Louis Borloo et Hervé Morin. Il ne vous a pas échappé que Christine de Veyrac a été officiellement investie par l’UDI et que les déclarations de Monsieur LASTERLE s’inscrivent ouvertement en opposition avec la décision des instances nationales l’UDI. Si ces propos peuvent s’entendre de la bouche d’un collaborateur d’élus UMP de la région et du conseil municipal de Toulouse, ils sont intolérables dans celle d’une personne qui revendique le poste de délégué départemental dont la vertu cardinale me semble être de suivre la ligne politique établie par son parti. Mr Lasterle n’a donc aucune qualité ni aucune légitimité pour brandir la menace éculée d’une montée en puissance de l’extrême droite afin de servir le dessein politique d’un petit nombre de personnes. Je reste pour ma part persuadé que la meilleure arme pour combattre les extrêmes demeure l’affirmation de nos valeurs et la mise en œuvre d’un projet politique en phase avec les attentes de nos concitoyens. »

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.