Jean-François Copé en terres balmanaises

Dernier virage à droite

 

De passage à Toulouse et Balma le 31 mai dernier, sur les 9e et 3e circonscriptions, le patron de l’UMP appelle à la mobilisation des électeurs afin qu’ils «empêchent l’irréparable pour le pays». Avec d’ores et déjà en ligne de mire, les élections municipales et territoriales de 2014.

 

Après l’Aude et l’Hérault, Jean-François Copé a poursuivi son Tour de France via la Haute-Garonne. «Je me déplace dans les départements où je considère qu’il y a des raisons d’espérer de bons résultats. Et à travers ces deux circonscriptions haut-garonnaises, (la 9e et la 3e, où le PS est désuni, ndlr) j’ai voulu montrer qu’il y avait une vraie dynamique» a-t-il déclaré. Après avoir démenti de mener une campagne «personnelle» pour sa réélection à la tête de l’UMP cet automne, son secrétaire général a dit vouloir à dix jours du premier tour de scrutin, «alerter les Français pour qu’ils empêchent l’irréparable» : «Refus d’adopter la règle d’or budgétaire, promesses de dépenses publiques inconsidérées, retour à la retraite à 60 ans, matraquage fiscal des classes moyennes, démantèlement de la filière nucléaire, danger du communautarisme, droit de vote des étrangers… Les socialistes sont en contradiction permanente avec le bon sens, incapables de poursuivre le redressement de notre pays tel que Nicolas Sarkozy l’avait engagé malgré la période de crise» a répété le député sortant de Meaux qui appelle les électeurs à «mettre un coup d’arrêt à ces sujets inquiétants par les législatives».

Un «premier round de mobilisation» en vue des municipales et territoriales de 2014 : «Nous ne devons avoir qu’un seul objectif prioritaire : la reconquête de ces territoires perdus et qui, à l’instar de Toulouse, sont en train de sombrer dans une anesthésie profonde conduite par le maire actuel, et dont on sait qu’il n’a pas une municipalité à la hauteur des ambitions d’une ville de cette importance» a estimé Jean-François Copé. Tout en n’oubliant pas de balayer devant sa porte, le patron de l’UMP a néanmoins souligné que «minée par des querelles de personnes, cette fédération (UMP31, ndlr), avait mené à l’arrivée de Pierre Cohen» au Capitole : «Il faut qu’on en finisse» a martelé ainsi celui qui se présente comme le «chef de famille», devant des sympathisants venus l’applaudir à la salle des fêtes de Balma. Message repris par Jean-Luc Moudenc lors de cette réunion publique : «Il ne faut pas vivre dans la confusion mais vivre notre diversité dans l’unité», s’est ainsi exprimé le candidat UMP sur cette 3e circonscription, qui n’a pas manqué de tacler ses concurrents, en particulier le dissident PS Alain Fillola, qualifié non pas d’adversaire mais «d’auxiliaire» : «C’est sa suffisance qui a introduit la division. Alain Fillola nous aide : raison de plus pour nous mobiliser».

 

 

Claire Manaud

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.