[ITW XXL] Sébastien Vincini « La droite veut faire du département l’antichambre du Capitole »

Se╠übastien Vincini┬®franckalix-4

Rassembleur. Le tout nouveau patron du PS 31 est sur le pied de guerre, et prépare activement ses troupes pour tenter de préserver le département. Sa stratégie : profiter d’un contexte noir pour imposer à son camp une nouvelle génération et de nouvelles pratiques.

 

Vous arrivez à la tête du PS à un moment difficile, après notamment les défaites aux municipales, européennes puis sénatoriales. Comment comptez-vous remettre en ordre de marche votre fédération ?

Cela passe avant tout par un préalable, celui de l’unité. Nous devons donc apprendre à mettre certaines ambitions, certains egos et certaines querelles intestines de côté. La mutation est en passe de réussir. Nous réunissons désormais en Haute-Garonne tous les socialistes quels que soient leurs courants, qu’ils soient « frondeurs » ou non. Le PS 31 s’est clairement remis au travail ! La preuve : nous allons remettre près d’une centaine de contributions le 27 novembre prochain à Jean-Christophe Cambadélis (premier secrétaire du PS, ndlr), qui vient nous rendre visite à Ramonville dans le cadre de nos Etats généraux. La réflexion doit devenir le cœur de cette fédé !

Avec la question posée des successions annoncées de Pierre Izard et de Martin Malvy, est-ce une page du socialisme haut-garonnais qui se tourne ?

Clairement oui, nous vivons un temps historique. Je fais partie d’une génération politique qui est amenée à vivre de grands changements … C’est le cas de l’équipe fédérale que j’ai choisie pour m’accompagner dans cette aventure ; ils ont tous conscience que nous sommes à un tournant.

N’avez-vous pas peur de partir dans ce combat à venir des élections départementales ?

Pourquoi avoir peur ? Nous devons être collectivement fiers de tout ce qu’a fait notre Conseil général depuis des décennies. La gauche de ce département, contrairement à ce que voudraient faire croire nos opposants, n’incarne absolument pas le passé. Nous incarnons le futur, et la relève se prépare à poursuivre ce bilan positif de Pierre Izard. La réalité est qu’aujourd’hui, il n’y a aucune commune de Haute-Garonne qui est oubliée, que le maillage en matière d’équipements est une réussite et que la gratuité du transport scolaire dans les endroits les plus improbables est à saluer. Tout cela, nous allons le porter dans les semaines qui viennent. Qui peut d’ailleurs critiquer l’action du département ? Qui, dites-moi ? Il y a un besoin de solidarité en ces temps de crise, et seule la gauche peut réellement l’incarner au sein de l’instance départementale.

« On rendra coup pour coup »

Vous ne craignez donc pas la défaite ?

Si la droite version Moudenc s’attend à un PS 31 qui serait un astre mort, vieillissant et pas prêt pour de nouvelles joutes électorales … Elle risque d’être déçue ! Nous sommes prêts à battre le pavé et à nous défendre. On rendra coup pour coup.

Et s’il y avait un effet Moudenc sur Toulouse ?

Mais la question est : que veulent les électeurs de ce département ? Une institution inféodée à la capitale et à la métropole ? Un Conseil général au service des seuls intérêts toulousains ? Au PS, nous ne sommes pas résignés, et nous ne laisserons pas faire Jean-Luc Moudenc qui a décidé d’envoyer au front tous ses maires de quartier. La ficelle est trop grosse ; la droite veut faire du département l’antichambre du Capitole.

Espérez-vous encore des accords avec les écologistes et le Front de Gauche pour cette prochaine échéance électorale ?

J’y travaille activement car je suis un pragmatique. Le temps où, en Haute-Garonne, le PS pouvait gagner seul est révolu. Je porte donc l’idée que nous devons travailler avec nos éventuels partenaires sur un projet commun pour ce département, car nous avons des valeurs qui convergent … Bâtissons ensemble un programme progressiste et écologiste, en criant haut et fort que le département ne mènera pas une politique d’austérité. Je prends mes responsabilités pour que l’union de la gauche se fasse. Allons-y ensemble !

Quelle est la position de votre fédération concernant la réforme territoriale en cours ?

Nous sommes pour le maintien de l’institution départementale dans son intégrité. Il est hors de question que les compétences qui touchent à la solidarité incombent demain à la métropole. La solidarité c’est notre ADN.

Ce n’est pas un discours pro-Valls que vous tenez-là ?

Je l’assume, et c’est un discours que nous avons déjà tenu au premier ministre. Ici, nous sommes contre ce qui s’est fait à Lyon où métropole et conseil général ont fusionné.

Idem sur le dossier SIVENS pour lequel vous avez communiqué vos désaccords avec le discours gouvernemental. Le PS 31 serait-il frondeur ?

Non, mais il a sa liberté de parole. Nous ne sommes ni suiveurs ni frondeurs, telle est notre ligne. Je n’ai pas été désigné par les militants pour faire de l’eau tiède ou de la politique ancienne génération. Désormais quand le PS 31 aura des choses à dire, ou des critiques à formuler, il le fera sans complexe.

 

CV Express

Né le 25 mars 1978. Marié et père de trois enfants, « m’occuper de ma famille me procure un vrai détachement. »

Fonctions : premier secrétaire fédéral du PS 31, adjoint au maire de Cintegabelle, vice-président de la communauté de communes de la vallée de l’Ariège

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.