[INTERVIEW XXL] Damien Lempereur : « Les Régionales : 13 mini présidentielles »

 

XXL Damien_Lempereur

Petit nouveau. Vous ne le connaissez sans doute pas encore mais le jeune avocat tarbais Damien Lempereur a été investi par Debout la France pour être sa tête de liste aux Régionales. Ce disciple de Nicolas Dupont-Aignan n’a pas froid aux yeux et ne cache pas son ambition. Etre à 10% minimum au 1er tour, mais en excluant dès maintenant tout accord avec Dominique Reynié. Plutôt gonflé !

Estimez-vous que nous vivons actuellement une crise politique ?

Nous vivons clairement une crise qui est certes politique mais qui est aussi démocratique. La rupture entre les Français et ceux qui sont censés les représenter est aujourd’hui à mon avis largement consommée. Rarement dans l’histoire politique de ce pays ce décalage aura été aussi important. Nous sommes même aujourd’hui dans un piège électoral total : soit on continue avec le PS et l’UMP qui ont déjà échoué, soit on doit forcément se jeter dans les bras démagogiques du Front National. Avec Debout la France nous faisons plutôt le pari d’une nouvelle alternative.

Un pari plutôt difficile avec la Constitution en vigueur qui favorise le bipartisme ?

C’est vrai que ni le système actuel, ni les lois d’ailleurs, je pense notamment à celle qui touche au financement des partis, ne favorisent l’émergence de nouveaux mouvements dans ce pays. C’est en partant de ce constat que Nicolas Dupont-Aignan a souhaité malgré tout se confronter à ces difficultés-là … Et depuis sept ans, Debout la France progresse à chaque élection, et compte de plus en plus d’adhérents. Puisque le haut veut nous freiner, nous faisons le choix d’impulser une nouvelle force qui vient d’en bas. Ce n’est pas parce que c’est impossible que nous n’allons pas y arriver.

Pourquoi faire le choix de vous présenter aux élections régionales sous votre propre bannière ?

Il était nécessaire d’être de ce combat, car les enjeux vont être nationaux. En fait suite à cette réforme territoriale nous allons vivre 13 mini campagnes présidentielles. Et Debout la France sera présent partout.

« PS et UMP c’est tout pour les métropoles ! »

Mais comment allez-vous mener campagne pour vous démarquer de Dominique Reynié (UMP) et Louis Aliot (FN) ?

La situation politique à droite est idéale pour nous dans cette nouvelle région. Nous avons d’une part un candidat UMP qui ne correspond absolument pas aux valeurs souhaitées par les sympathisants de droite, j’en veux pour preuve ses positions sur la GPA ou sur l’Europe. Et par ailleurs le candidat du FN n’est pas le plus gaulliste des membres de ce parti … C’est donc le projet de Debout la France qui portera le mieux les vraies valeurs de la droite durant cette campagne régionale.

Comment réagissez-vous à la proposition de la candidate socialiste, Carole Delga, de faire de Montpellier le siège de la future région ?

Cette proposition est avant tout emblématique des problèmes que soulèvent cette fusion dénuée de sens. Il n’y a rien de commun entre les Hautes-Pyrénées et le Gard ! Les synergies ne sont franchement pas évidentes. Ce préambule fait je pense que Carole Delga a commis-là une vraie faute politique avec cette annonce. Le fait que Toulouse soit la capitale régionale faisait à peu près consensus depuis plusieurs semaines, pourquoi donc remuer le couteau dans la plaie ? C’est le symbole même du flou dans lequel baigne le PS aujourd’hui … La réalité est que cette annonce de Carole Delga est complètement électoraliste, et on comprend bien qu’elle veuille donner des gages au maire de Montpellier qui envisage de monter une liste dissidente. Nous sommes là dans des petites combines qui vont une nouvelle fois dégouter les électeurs.

Comment défendre les territoires ruraux face à la montée en puissance des grandes agglomérations (Toulouse, Montpellier, Perpignan) ?

Toutes les récentes réformes, dont celle qui a permis la création des métropoles, visent à assécher les territoires afin de recentrer les économies autour des pôles urbains. PS et UMP c’est tout pour les métropoles ! L’enjeu de cette élection va donc être le suivant : Inverser cette tendance et prendre des mesures en faveur des territoires. Vous allez voir que nous aurons des idées très originales durant cette campagne afin de défendre cette idée-là.

Quel est votre objectif chiffré pour cette élection régionale ?

Mon objectif est de dépasser les 10% !

N’est-ce pas trop amitieux ?

Je suis très confiant. Aux Européennes, nous avons fait une moyenne de 5% les deux régions réunies … Or, avec d’un côté une ministre qui est garante de la politique gouvernementale, et de l’autre un candidat de l’UMP qui pourrait être à gauche, je suis persuadé que nous pouvons créer une belle surprise.

Passerez-vous des accords avec Dominique Reynié pour le second tour ?

Il n’y aura pas d’alliance avec lui, c’est clair et net ! Et nous l’annonçons dès maintenant. Nous ne souhaitons pas que nos électeurs aient le sentiment que l’on puisse revendre leurs voix au second tour pour avoir des postes. Votez pour nous, c’est un vote utile qui dit non aux petites combines politiciennes. C’est un vote d’avenir.

CV Express

Il a 31 ans. Avocat au barreau de Paris, il est Tarbais et travaille régulièrement dans la capitale bigourdane.

Fonctions : Membre du bureau national de Debout la France

 



UN COMMENTAIRE SUR [INTERVIEW XXL] Damien Lempereur : « Les Régionales : 13 mini présidentielles »

  1. saforcada dit :

    De tous les candidats Damien Lempereur est le seul qui tienne la route. C’est un des tenants du “ni système ni extrêmes” et j’espère qu’il ne se laissera pas “polluer” par certains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.