[Interview XXL] Casa Nova : « Notre démarche a trouvé un écho »

casa nova  @T.DAC PHAT
Rémi Vincent, Laure Durand et Xavier Bigot

Mouvement. A l’été 2014 le collectif « Casa Nova » envahissait les réseaux sociaux avec l’ambition de donner un nouvel élan à la gauche toulousaine. Quasi un an après, c’est donc l’heure du premier bilan. Les trois porte-paroles, Laure Durand, Xavier Bigot et Rémi Vincent se sont livrés au JT.

 

Depuis sa création ou en est le collectif Casa Nova ? 

Le collectif est né autour d’une dizaine de militant-es et de citoyen-nes qui n’avaient jamais été encarté-es mais qui se sont retrouvé-es autour de la volonté de participer à la recomposition d’une gauche locale délestée des postures d’appareils et soucieuses de partir du réel pour aller à l’idéal. Le réel c’est le constat d’une gauche laminée nationalement. C’est aussi le retour d’une droite réactionnaire à Toulouse et la nécessité de constituer un groupe de travail sérieux de contre-expertise et d’opposition audible. Il faut croire que cette démarche et nos productions ont trouvé un écho : 8 mois et 90 analyses de l’action de la droite et de propositions programmatiques plus tard, nous faisons un premier bilan très positif. 7000 visites mensuelles sur notre site, des durées de fréquentation élevées, une masse de mails de citoyen-nes qui nous alertent sur des sujets particuliers, des contacts de médias nationaux et des reprises d’informations et des demandes croissantes, notamment avant les départementales, de nous lancer dans l’arène électorale. Nous répondons d’ailleurs que nous ne nous précipiterons pas, notre souci étant de faire avant d’être. Nous comptons aujourd’hui près d’une centaine de membres.

 « Le FN a clairement permis ici de donner l’illusion au PS de passer entre les gouttes »

Les transports, le vélo, les crèches, mise à disposition de salles municipales … Beaucoup de sujets traités sont liés à la vie quotidienne. Une volonté ? 

Encore une fois, notre souhait n’ayant jamais été de refonder un énième parti avec ses travers consubstantiels, nous ne sommes pas partis d’une idéologie quelconque portée ailleurs pour la décliner localement. Nous avons fait le choix de partir du réel et notre réel c’est ici que cela commence… Quand vous décortiquez un choix de politique de transport local, vérifiable, mesurable par tout un chacun, vous abordez nécessairement tout ce qui est en arrière-plan : la conception du temps, l’organisation de la vie, le volet écologique, la question de l’équité ou de l’égalité. La formation des citoyen-nes par eux-mêmes, c’est ce qui nous intéresse.

 

Quel bilan faites-vous de la première année de Jean-Luc Moudenc au Capitole ? 

Nous allons proposer dans quelques semaines un bilan qui synthétisera nos analyses sur toutes les décisions prises jusqu’ici. En quelques mots, disons que J.L Moudenc nous a surpris par la brutalité et la rapidité avec laquelle il a fait tomber le masque. Nous pensions qu’il prendrait son temps pour en arriver là : une politique grossièrement clientéliste qui met déjà le feu partout, un renoncement clair et net à des promesses infinançables, la privatisation de tout ce qu’il peut et pour parfaire le tout, un mimétisme sur le plan social avec ce qui se fait de plus réactionnaire dans certaines communes (tout sécuritaire, stigmatisation de toutes les populations fragiles). Bilan catastrophique et inquiétant : que va-t-il encore pouvoir détruire pendant 5 ans ? Si l’opposition est atone, à part quelques élus écolo isolés, nous, nous serons là !

 

Casa Nova est aussi né car vos membres ne croient plus vraiment en une certaine gauche … Pourtant le PS a fait mieux en Haute-Garonne que partout ailleurs lors des dernières départementales. N’est-ce pas un désaveu de votre analyse ? 

Bien au contraire! On se tromperait gravement en restant sur l’écume de la vague. Localement, le PS a sur-mobilisé un certain électorat pour des raisons assez éloignées de la Politique. Le maintien à l’échelon départemental ressemble plus à un sursaut de survie ; les réseaux sont fortement enracinés et la terreur de la fin de la subvention ou de l’emploi a joué à plein. Mais quand on y regarde de plus près, les votes en nombre de voix et l’abstention prouvent bien que ce système vit ses dernières heures. Et quand le patron départemental du PS arrive au coude à coude avec un inconnu du FN, il n’y a pas grand-chose d’autre à dire. Le FN a clairement permis ici de donner l’illusion au PS de passer entre les gouttes. Sur cette élection nous notons également que la gouvernance de Jean-Luc Moudenc a subit une première sanction avec la défaite de plusieurs maires de quartiers.

 

Quels sont les projets de Casa Nova ?

Poursuite de notre travail et construction d’actions dans l’espace public. Nous avons conscience qu’il nous faut dépasser le cadre unique de l’analyse pour toucher beaucoup plus de citoyen-nes. De plus, nous allons investir dans les prochaines semaines le terrain du débat national, partant du constat que les partis politiques sont dépassés par la crise de régime et que nos institutions sont à bout de souffle. Nous voulons travailler sur le changement de régime à venir.

 

CV EXPRESS

 

 Laure Durand était sur la liste de Pierre Cohen aux dernières élections municipales. Elle a démissionné du PS en septembre dernier.

 

Xavier Bigot était sur la liste d’Antoine Maurice aux dernières élections municipales. Il est également porte-parole d’EELV à Toulouse.

 

Rémi Vincent est conseiller municipal de Colomiers. Il est membre du Parti de Gauche.

 

 

 



UN COMMENTAIRE SUR [Interview XXL] Casa Nova : « Notre démarche a trouvé un écho »

  1. BL dit :

    Travail intéressant qui nous change des discours simplistes habituels.
    Leurs contributions pour les élections départementales proposaient un réel projet politique contrairement aux programmes des candidats de chaque bord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.