Interview décalée Catherine Lemorton

Députée socialiste engagée, Catherine Lemorton préside la commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale et s’est forgée une réputation de femme tenace et intègre dans l’hémicycle. Après avoir passé deux semaines à débattre du mariage pour tous, elle fait une pause et répond à nos questions décalées.

 

La phrase que vous ne supportez pas d’entendre ?

« Je ne t’aime pas », parce que j’ai besoin qu’on m’aime.


Un cauchemar qui a hanté vos nuits ?

Tomber d’une falaise.


Quel est votre plus beau souvenir d’enfance ?

Le camping à Pornic dans lequel j’allais tous les étés avec mes grands-parents. J’ai de magnifiques souvenirs de la vue sur l’Atlantique et de la falaise ornée de genêts… C’est peut-être en rapport avec la question précédente…


Votre plus grosse gaffe ?

Je venais d’être élue députée, en 2007, et j’ai croisé un homme dans la rue qui me regardait de manière insistante. J’ai pensé qu’il faisait partie des grévistes d’SFR qui manifestaient à l’époque et me suis donc approché en lui demandant : « SFR » ? Il m’a répondu « oui » et je lui ai laissé mon numéro de téléphone. Seulement, cet homme n’était pas du tout un salarié SFR et avait compris que je souhaitais son numéro de téléphone de marque SFR… Il m’a rappelé en me disant qu’il souhaitait me voir et je lui ai rétorqué qu’il valait mieux qu’ils viennent à plusieurs… « Je ne fais pas ça à plusieurs », me dit-il et j’argumentais : « mais je ne peux pas vous prendre les uns après les autres »… et j’ai compris qu’on ne parlait pas de la même chose… Je lui proposais de recevoir l’intersyndicale d’SFR et lui un rendez-vous galant.


Votre plus grande peur ?

La notion d’infini dans l’espace. Il faut surtout que je n’y pense pas car cela me renvoie à ce que nous sommes : rien, une poussière.


Votre plus belle expérience ?

Quand j’ai commencé à haranguer les foules à la faculté. Je montais sur une table de restaurant universitaire à Amiens pour lancer des grèves.


Votre plus gros fou rire ?

Pendant le débat sur le mariage pour tous, devant des amendements stupides de la droite. La fatigue jouant, j’en ai pleuré ! La plupart ne reconnaissent pas qu’ils n’aiment pas les homos et c’est là leur problème. Dans un de leurs amendements, ils s’interrogeaient sur « un couple hétérosexuel ayant adopté un enfant étranger. Si le couple meurt, il doit pouvoir faire un testament pour que leur enfant ne puisse être adopté que par des hétérosexuels ». C’est tordu quand même ! Pourquoi ne pas préciser qu’il faut que la mère adoptive chausse du 38…


Quel est votre péché mignon ?

Le Champagne.


La pire soirée que vous ayez connue ?

Suite à un problème de couple…


Le pire cadeau qu’on vous ait offert ?

C’était un cadeau de mariage. A l’époque, il n’y avait pas de liste de mariage et on se retrouvait souvent avec des choses horribles, rococo… Moi, j’ai eu une bouteille à liqueur entourée de peau de vache. C’était moche ! Du coup, je l’ai moi-même offert à de jeunes mariés, pour m’en débarrasser.


Votre restaurant toulousain préféré ?

Le 7 à Saint-Sernin.


Quelle est la chanson que vous aimez fredonner sous la douche ?

« Viens faire un tour sous la pluie », du groupe Il était une fois.


Quel est votre gadget préféré ?

Mon critérium.


Quel est votre destination préférée ?

L’Inde car ce pays garde ses traditions tout en avançant.


Si la fin du monde approchait, que vous empresseriez-vous de faire ?

De mourir. Parce que je veux décider de  ma mort.

Propos recueillis par Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.