Instaurer une part de proportionnelle au scrutin législatif. Instaurer une part de proportionnelle au scrutin législatif. Instaurer une part de proportionnelle au scrutin législatif.

François Bayrou a réagi, avec la simplicité qui est la sienne et ce zeste de clairvoyance supérieur sur le meeting de François Hollande au Bourget et sur la prestation, 8 jours plus tard du Président de la République s’adressant aux français à la télévision.

 

Pour le leader du Modem et comme quasi réflexe, l’occasion de relever ce qu’il souligne comme un déni de démocratie en stigmatisant l’UMP et de PS qui se partagent le pouvoir alors qu’ils ne représentent même pas 50% du corps électoral… «Il n’est plus possible que plus de la moitié du pays soit exclue de l’Assemblée nationale. Si je suis élu, je veux instaurer une part de proportionnelle au scrutin législatif».
A propos des agences de notation :

Dès le premier jour, on pouvait arrêter la crise et sans que cela ne coûte un euro de plus. Il suffisait que l’Union européenne affirme que la dette contractée jusqu’à ce jour par les Etats de la zone euro était aussi garantie par les institutions de la zone euro. Cela aurait rétabli la confiance et n’aurait pas coûté le prix exorbitant que la défiance généralisée va nous obliger à assumer.

 

Les Finances publiques : 

C’est une lapalissade, mais il n’y a qu’une stratégie de redressement des finances publiques : celle d’augmenter les ressources fiscales de l’État tout en baissant un certain nombre de dépenses publiques. Au niveau de l’Etat, on peut économiser plus de 20 milliards d’euros. Idem au niveau des collectivités locales avec au moins 10 milliards d’euros d’économisés ; mais aussi au niveau dela Sécuritésociale où il est possible avec de meilleurs contrôles d’économiser plus de 20 milliards d’euros. Pour ce qui est des ressources, création de deux nouvelles tranches de l’impôt sur le revenu. En relevant l’existante de 41 à 45% et une autre de 50% pour les très hauts revenus. Il faut une augmentation dela TVAde 2 points.

 

UMP et PS

L’UMP nous raconte des histoires quand elle dit : “Nous allons baisser la dépense publique sans augmenter les impôts.” Quant au PS, il est dans une totale illusion quand il promet aux français : “Nous allons augmenter les impôts et cela nous permettra de faire de nouvelles dépenses publiques.”
François Hollande ?

J’entretiens avec l’homme de bonnes relations. Mais son programme sera vite insoutenable pour la France, pour les français. Il est illusoire de penser créer 300.000 emplois jeunes sur fonds publics. Comme on n’embauchera pas des milliers de fonctionnaires où l’on ne remettra pas la retraite à 60 ans. Je note d’ailleurs qu’il ne parle que des français qui auront leurs 41 années de cotisation. Ils sont de plus en plus rares… En 2007, j’étais le seul à annoncer le coût des dérives engagées en moins de deux ans. J’ai eu raison…

Et puis, le fait d’avoir fait voter près de 3 millions de personnes sur un programme qui ne sera pas appliqué, constitue pour moi un déni de la  démocratie.

 

Etre derrière le PS au second tour…

François Hollande dit que sa majorité ira des communistes, aux centristes, en passant par les écologistes. C’est durablement impossible : on le voit dans bon nombre de collectivités. Demandez déjà aux Verts ce qu’ils en pensent, et malgré leurs accords récents… Tôt ou tard les événements vont s’imposer et quel que soit le vainqueur de la présidentielle, une majorité dans laquelle les réformistes de gauche, du centre et de la droite républicaine devront assumer ensemble la responsabilité du pouvoir.
Législatives de 2012…  

La Gauche est donnée favorite et pourtant, je crois à un renouveau démocratique et à l’émergence d’une autre force autour du Modem. On le sait, la première vertu de l’élection présidentielle, c’est justement qu’elle permette de redessiner le paysage politique français. Si je gagne, je saurai constituer autour de nos idées un rassemblement puissant, un grand courant qui, avec ses partenaires, aura des investitures dans toutes les circonscriptions.

 

Rassembler le Centre…

La prise de conscience est en train de faire son chemin. Demain, tout le monde sait qu’il faudra choisir entre Nicolas Sarkozy et moi. Nous allons pouvoir rassembler bien plus largement que dans nos habitudes passées…
Si vous n’êtes pas au second tour…  

La campagne qui commence à peine, va permettre aux français de faire leur choix. Pensons d’abord au premier tour, d’autant que personne, malgré les sondages, ne peut prédire aujourd’hui ce qu’il pourrait être. Ensuite il sera toujours tant de penser au second tour où chacun prendra ses responsabilités.

 

Une part de proportionnelle dans le scrutin législatif.  

Il n’est plus possible que plus de 50% des français ne soient pas représentés à l’Assemblée nationale. Il faut le dire, de l’extrême Gauche au Front National, en passant par les Écologistes et le Centre, c’est la majorité du pays qui est exclue de tout pouvoir. Ou bien de se mettre dans l’obligation, comme on le voit dans l’accord Verts/PS, de faire allégeance pour avoir des sièges. Cette exclusion est honteuse. Voyez la situation du PS qui avec moins de 30% des voix, pourrait en mai 2012 occuper sans aucune exception tous les pouvoirs du bas en haut de la République. C’est tout simplement malsain.

 

André Gérôme Ga llego

Directeur de l’information



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.