Ils n’acceptent pas le parachutage Borgel, cinq maires en soutien de Thierry Cotelle

La fédération départementale du PS doit avoir mal à la tête. Après l’épineux problème soulevé par l’un de ses leaders Alain Fillola sur la troisième circonscription, qui a décidé de faire fi de l’investiture délivrée à l’écologiste François Simon… Après les dissidences confirmées de Daniel Ruffat et Gilbert Hébrard, dirigées contre le néo ministre Kader Arif, sur la dixième circonscription… Voici que cinq maires de la neuvième circonscription (de Roquettes, de Lagardelle, de Villate, de Pins Justarets et de Labarthe sur Lèze) ont décidé de soutenir l’adjoint de Pierre Cohen, le MRC* Thierry Cotelle, qui s’est décidé à affronter Christophe Borgel, en axant sa campagne sur les thématiques de l’emploi et de l’égalité. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 22 mai dernier, ces cinq élus ont tenu à s’expliquer. Michel Perez, le maire de Roquettes, en était le porte-parole : «Nous ne pouvons accepter l’auto-désignation de Christophe Borgel. Tout ceci n’est que du mépris vis-à-vis des élus, des militants et des électeurs. Ce candidat ne remplit pas tous les critères de probité nécessaires à nos yeux.» Pour rappel, Christophe Borgel, par ailleurs conseiller régional d’Ile-de-France et adjoint à Villepinte, s’est lui-même investi (il est secrétaire national du PS chargé de la vie des fédérations et des élections) dans cette circonscription qui à l’origine était dévolue à une femme. Cette désignation ayant eu lieu suite à une primaire qui avait opposé Nadia Pellefigue et Anne Crayssac, s’était soldée par des irrégularités supposées lors du vote, et par des tensions exacerbées : «Nous aurions dû avoir un nouveau vote sous contrôle national» revendique Michel Perez. Fort de ces soutiens, Thierry Cotelle leur rend hommage : «Je ressens un honneur et une grande responsabilité. Ces élus ont posé un acte symbolique dont ils assument la prise de risques.» En effet, face à l’affichage médiatisé de ces maires qui avaient par ailleurs lancé «Le collectif pour un Parti Socialiste digne», Sébastien Denard (patron départemental du parti présidentiel) a annoncé que leur sort serait prochainement examiné par la commission interne des conflits : «Si nous sommes exclus, nous vivrons en hommes de gauche» prévient le maire de Roquettes. De son côté Thierry Cotelle est déterminé à «troubler» le jeu sur cette circonscription. Mieux il semble croire à une possible victoire : «Je suis là pour être élu. Les électeurs ne sont pas dupes et n’accepteront pas une telle situation. On s’étonne après qu’il y ait un rejet de la politique… Je représente l’engagement local ancré dans le territoire.» La campagne s’annonce donc rude entre candidats de gauche sur cette neuvième circonscription, d’autant que la candidate UMP Elisabeth Pouchelon ne lâche rien sur le terrain. Mais l’ambition à peine déguisée de l’adjoint toulousain, est celle de viser le second tour : «S’ils y étaient présents tous les deux (avec Christophe Borgel) ce serait du pain béni pour Thierry Cotelle» avance Michel Perez.

Thomas Simonian

thomas.simonian@premiere-reponse.com

* Le Mouvement républicain et citoyen de Jean-Pierre Chevènement



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.