Il fustige le comportement de Monique Iborra Alain Refalo «Je veux devenir un député résistant»

Alain Refalo

Souvenez-vous, en 2008 cet instituteur faisait la une de l’actualité avec sa lettre adressée à l’Education nationale «En conscience je refuse d’obéir.» Alain Refalo revendique toujours une éthique et des valeurs avant toute ambition personnelle… Après avoir été le directeur de campagne de l’élu surprise des dernières élections cantonales à Colomiers, Patrick Jimena, c’est maintenant à son combat qu’il se prépare sur la sixième circonscription. Sous la bannière d’Europe écologie – Les Verts, il mène une campagne pour «éclairer les consciences.»

Au vu des sondages, peut-on aujourd’hui dire que le choix d’Eva Joly comme candidate «Europe écologie – Les Verts» à la présidentielle était le bon ?

Je suis de ceux qui ont soutenu Eva Joly depuis le début. Je partage le même rêve d’une république exemplaire, qui ne transige pas avec les principes et les valeurs. Je ne cache pas pour autant que la campagne est difficile et que Nicolas Hulot aurait sans doute été plus à l’aise dans cet exercice de communication, mais Eva Joly amène un vrai «bol d’air frais» dans un milieu convenu. Je pense que ce qui nous «plombe» dans cette campagne, ce sont aussi les accords nationaux signés par la direction du parti avec le PS. Cet épisode a été mal vécu par les militants, et mal compris par l’opinion. Il y a ce sentiment d’avoir «bradé» des convictions, comme par exemple le nucléaire. Comment peut-on passer un accord de législature, voire de gouvernement, avec un parti qui n’envisage pas la sortie du nucléaire ?

«Je n’attends rien d’une présidence Hollande»

Comment expliquez-vous que l’écologie soit aussi absente de cette campagne ?

Nous avons des difficultés à être audibles car l’écologie, c’est aussi aborder les questions de manière très complexe. Il n’y a pas de réponse simple, facile pour résoudre une crise qu’elle soit écologique, économique ou sociale. Il y a ceux qui font campagne à base de slogans et ça marche, et ceux qui essaient de démontrer qu’il y a une complexité dans les analyses et les réponses à apporter… Mais ceux-là sont moins entendus, car cela nécessite un effort, un travail et une réflexion. Eva Joly porte cela à sa façon.

Votre finalité est-elle que Nicolas Sarkozy ne soit plus Président de la République ?

Clairement oui. Tous les écologistes feront ce qu’il faut pour que Sarkozy soit battu. Je n’ai aucun doute sur le fait que mes amis votent massivement contre lui s’il est au deuxième tour. Nous mettrons alors le bulletin Hollande dans l’urne, mais sans enthousiasme. Je n’attends rien d’une Présidence Hollande.

Vous êtes candidat aux législatives. Pour quelles raisons vous engager dans ce combat ?

Avec «Europe Ecologie – Les Verts», j’ai ressenti un désir d’ouverture sur la société civile, une envie de sortir des logiques d’appareils. Et donc, après trente ans de vie associative, après plusieurs années de combat dans l’Education nationale, je me suis dit qu’il était temps de passer au temps des propositions et des responsabilités. Je souhaite passer du statut de citoyen résistant à celui de député résistant.

Vous attaquez frontalement la candidate socialiste Monique Iborra ?

Elle vient de démissionner du Conseil régional. Il était temps ! C’est tout de même étonnant que cela arrive deux mois avant cette élection. Elle qui a cumulé pendant cinq ans deux mandats (députée et élue à la région), aurait-elle maintenant mauvaise conscience ? On ne peut plus aujourd’hui se dire que l’on va être dans un travail rigoureux et sérieux en cumulant deux mandats aussi prenants. Ce qui est grave, c’est qu’élue députée, elle se soit représentée à la région en 2010, pour un mandat qu’elle ne mènera pas à son terme. C’est un manque de respect vis-à-vis des électeurs.

Votre pronostic pour ces législatives ?

Il n’est pas inéluctable en Haute-Garonne que toutes les circonscriptions reviennent au Parti Socialiste… Nous allons créer la surprise au nom de la diversité.

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.